27 ans de sécurité routière : le bilan européen de la mortalité sur autoroute (1986 – 2013)

Dans notre série d’articles sur la sécurité routière, nous publions ce graphique illustrant le nombre de morts par milliard de kilomètre parcourus sur les autoroutes européennes.

Chacun observera que la dangerosité des routes a diminué partout en Europe et ce, indépendamment de toute politique de sécurité routière, étant donné qu’elles sont différentes (parfois inexistantes) selon les pays. La baisse de la mortalité peut s’expliquer par de nombreuses raisons (progrès technique des constructeurs, crash tests, meilleure qualité de la route…), en revanche l’efficacité des politiques repressives (radars, augmentation des amendes/points perdus…) est à remettre en doute : aucun élément ne permet en effet de montrer que ces politiques ont eu un impact sur la mortalité.

Source Rapport ADAC 2008 actualisé en 2013

Source : Rapport ADAC 2008 actualisé en 2013

Légende : Österreich = Autriche ; Frankreich = France ; Belgien = Belgique ; Deutschland = Allemagne ; Japan = Japon ; Großbritannien = Grande-Bretagne ; Schweiz = Suisse

Interprétation : toutes choses égales par ailleurs, en roulant sur une autoroute allemande pendant 1 km, vous avez 1,7 chances sur un milliard d’y décéder (contre 1 chance sur 250 000 d’être frappé par la foudre ou 1 chance sur 720 000 d’être écrasé par un astéroïde)

  • GEM

    Cela fait du bien de savoir qu’il reste quelques citoyens intelligents, sensés et objectifs dans ce pays miné par les Ayatollahs « Enarchiens », aussi arrogants que psychorigides, dont l’ego ne supporte pas d’avoir tort, car tout ingénieur automobile sait que la diminution des accidents graves tient essentiellement de l’amélioration continue de la sécurité active et passive des véhicules (même s’il est bon de combattre, alcool, stupéfiants surtout aujourd’hui, ceintures négligées et écrans à bord à disposition du conducteur.

    La complicité de médias « aux ordres » (pour ne pas dire sans courage et aux vertus putassières), ne permet pas d’informer objectivement la population, qui présenterait un danger de révolte, alors qu’on la traite comme un troupeau de bovins industriels, intellectuellement violés par des politiques cupides et corrompus par leur pouvoir souvent immérité.

    La privation croissante de libertés est une porte ouverte sur la violence animale inhérente à notre espèce, constatée chaque jour dans nos sociétés moralement décadentes et frustrées de croissance et consumérisme, attentats et banlieues explosives, goût de l’adrénaline et de la mise en danger des nouvelles générations, allant jusqu’à la violence en maternelle et les meurtres d’adolescents, l’agressivité devenue naturelle entre communautés et dans la rue, etc …
    Continuons comme cela, et nous mériterons une nouvelle barbarie semblable à 1789, nos vulgaires aristocrates gouvernementaux subissant sans doute le même sort.