Anne Hidalgo promet des transformations majeures dans les prochaines années (reportage)

Interrogée par Thomas Sotto notamment sur les péages urbains positifs – comme à Rotterdam, une ville qui rémunère les automobilistes ayant choisi de renoncer à leur véhicule – la maire de Paris se dit intéressée : « Le péage urbain, c’est non. Je ne veux pas de péages qui discriminent selon les moyens que l’on a […]. La bonne idée, c’est de donner un bonus à ceux qui ont des comportements vertueux, pourquoi pas avec une gratification financière ».

Côté périphérique, ses usagers peuvent souffler. Ou presque. Anne Hidalgo assure qu’il n’y aura pas de fermeture mais plutôt des « transformations », par exemple en « réservant une voie aux véhicules propres ou autonomes ».

Des changements qu’elle promet rapides : « Ca ira vite, nous avons les Jeux olympiques de 2024 en perspective. Dans cinq ans, il y aura des évolutions majeures sur la mobilité urbaine».

Elle botte toutefois en touche lorsque Thomas Sotto évoque la pollution aux particules fines dans le métro : « J’ai confiance dans la RATP et sa nouvelle présidente pour régler ce problème ».

Exemple vécu à Marseille : Trente minutes pour faire quatre kilomètres (aussi vite qu’à pied, ndlr) Dans les bouchons de Marseille, Jean-Pierre vit un calvaire dès qu’il prend sa voiture. Tous les jours, cet artisan passe entre quatre et six heures au volant, dans la ville la plus encombrée de France. Il perd des clients et du chiffre d’affaires.

Revoir le reportage sur le site de France 2

Le Parisien