Dieselgate : Renault aurait également fraudé (vidéo)

Les conclusions de la DGCCRF ( Répression des Fraudes) sont aujourd’hui entre les mains de la justice et de la gendarmerie. Le constructeur risque jusqu’à 3,5 milliards d’euros d’amende (montant maximum).

Selon la DGCCRF, le constructeur automobile aurait installé sur ses moteurs un dispositif qui permet de diminuer les émissions d’oxyde d’azote au moment où le véhicule subit des tests de pollution.
Renault se plaint dans un communiqué d’un traitement médiatique à charge et refuse de détailler le fond de l’affaire. Le groupe affirme tout de même : « Les véhicules Renault ne sont pas équipés de logiciels de fraude aux dispositifs de dépollution. »

31

Journal TV du 15/03/2017 par autoplus
Source et Source 2

No Comments