Grâce à un accord secret entre l’État et les sociétés d’autoroute, les prix des péages augmenteront

Un surcoût de 500 millions d’euros. C’est ce qui attend les automobilistes, à la suite de l’accord secret passé entre l’Etat et les sociétés d’autoroutes. Ce lundi 11 septembre, France 2 dévoile qu’une hausse des prix des péages est prévue jusqu’en 2023.

L’affaire remonte à 2014: Emmanuel Macron est encore ministre de l’Economie, Ségolène Royal ministre de l’Environnement. Après avoir annoncé un gel des tarifs pour 2015, les sociétés d’autoroute décident d’attaquer en justice, jugeant celui-ci « illégal ». Mais en avril 2015, le gouvernement décide de signer un accord avec ces dernières, après des négociations menées avec leurs représentants.

Le deal? « Les sociétés d’autoroutes s’engagent à financer 3,2 milliards d’euros de travaux sur 10 ans. En retour, elles obtiennent une stabilité fiscale, une clause pour allonger la durée des concessions, et surtout des ‘hausses de tarifs additionnelles chaque année, de 2019 à 2023« , révèle France 2 au cours de son enquête. Contactée par la chaîne, Ségolène Royal nie:  » Il y a un arbitrage avec le ministère des Finances. Appelez le ministère des Finances, j’étais contre. Vous avez eu cet accord signé de ma main? Je ne crois pas ».

Selon l’Arafer, autorité indépendante de contrôle, le coût des travaux a été surévalué. « Sur les 800 millions d’euros, il y a 87 millions qui sont des opérations qui figuraient déjà dans les accords initiaux. Il n’y a pas à faire payer l’usager une deuxième fois pour ces investissements qui sont une obligation contractuelle », confie un responsable à France 2.En outre, 350 millions d’euros seraient aussi surestimés.

Source