Les scootéristes ont une conduite plus dangereuse que les motards

NDLR : dans cet article les deux-roues motorisés sont séparés entre les scootéristes et les motards, ce qui est assez rare pour le souligner.

66 % des conducteurs de deux roues motorisés déclarent se sentir moins en sécurité qu’il y a 10 ans, et pour autant, ils ne font rien pour améliorer leur situation. En effet 58 % des conducteurs de deux roues motorisées déclarent franchir le feu orange contre 72% des automobilistes.

Révélé mardi, le nouveau Baromètre AXA Prévention sur le comportement des usagers des deux-roues motorisés fait en effet apparaître que ces derniers multiplient les imprudences sur les routes. Ainsi cette catégorie d’usagers, particulièrement vulnérable, est loin de mettre de côté le téléphone en conduisant. 23 % d’entre eux disent tenir une conversation avec le portable en roulant et 23 % reconnaissent même ne pas se servir d’un kit mains libres. Et ce taux grimpe bien davantage si on ne parle que des scooters: 38 % d’entre eux affirment téléphoner en conduisant et 37 % n’utilisent pas leur kit mains-libres. Les scootéristes sont par ailleurs plus nombreux à envoyer ou lire des SMS: 28 % contre 6 % pour les motards.

Concernant la drogue, les usagers de scooters se distinguent là encore tristement. Avant de prendre la route, ils sont deux fois plus nombreux que les motards à consommer de cannabis: 15 % contre 7 %. (ndlr : pour les motards)

Côté vitesse, les limitations sont loin d’être respectées. 57 % des conducteurs de deux roues motorisées reconnaissent rouler à 65 km/h en ville et ils sont 41 % à déclarer qu’il leur arrive de rouler à 160/170 km/h sur autoroute. Toutefois, sur 10 ans, les pratiques se sont améliorées. «Ils étaient 73 % à rouler à 65km/h en ville en 2004, ils ne sont plus que 57 % en 2014 soit une baisse de 16 points. Sur autoroute, ils étaient 62 % à rouler à 160/170 km/h en 2004, ils ne sont plus que 41 % cette année soit une baisse de 21 points», relève AXA Prévention.

A l’inverse, la situation s’est dégradée concernant les feux tricolores. 58 % des conducteurs de deux roues motorisées déclarent franchir le feu orange quand ils n’étaient que 49 % il y a dix ans.

Enfin 66 % des scootéristes avouent conduire sans être convenablement équipés contre 37% pour les motards.

Le Figaro

Comments are closed.