Paris : la haine anti-voiture continue avec la fermeture des berges rive droite

NDLR : le premier ministre français, Manuel Valls, s’est opposé à cette mesure.

L’idéologie anti-voiture de la municipalité parisienne n’a plus de limites : après la rive gauche l’an dernier, la ville de Paris veut maintenant piétonniser la rive droite.
Sera-t-il bientôt impossible de circuler en voiture dans la capitale ? Visiblement, c’est le souhait de l’équipe municipale, qui met tout en œuvre pour chasser les conducteurs de la ville : vidéo-verbalisation, hausse drastique du prix du stationnement…

Dernière nouveauté de cette politique anti-voiture : le projet de fermeture à la circulation des voies sur berges de la rive droite, pour lequel le lancement des études préalables vient d’être autorisé par le gouvernement.

Résultat : des temps de parcours allongés et une pollution accrue pour les riverains, mais aussi des conséquences économiques dramatiques.

Une catastrophe pour les entreprises

D’après une étude du Medef de Paris et la petite couronne réalisée auprès de 1 000 entreprises, la fermeture des voies sur berge rive gauche a ainsi déjà fortement augmenté les temps de parcours : + 41 % sur le tronçon central Pont-Neuf – Concorde et + 53 % sur la rive droite. Une augmentation des temps de parcours qui risque d’être « au moins doublée », selon le Medef, avec la fermeture à la circulation des voies sur berge de la rive droite. Ralentissement de l’activité, livraisons plus difficiles… Selon le syndicat patronal, 93,5 % des dirigeants interrogés se déclarent « très inquiets des conséquences de l’aggravation des conditions de circulation sur le développement de leur entreprise ».

Combien d’entreprises risquent de mettre la clef sous la porte si la Mairie de Paris poursuit son projet ? Combien d’emplois supprimés, au moment où le taux de chômage atteint des sommets ?

Sans compter que la municipalité fait tout pour décourager les conducteurs de s’engager dans les rues de la capitale : de nouvelles zones limitées à 30 voire 20 km/h ont été mises en place dans la ville début septembre, et les méthodes de « traque » des conducteurs ne connaissent plus de limites : passage du prix du PV de stationnement à 36 €, utilisation des caméras de surveillance pour verbaliser les automobilistes

Paris fait fausse route

Pendant que Paris va toujours plus loin dans sa chasse au conducteur, de nombreuses municipalités, conscientes du rôle fondamental de la voiture dans le développement économique des centres urbains, font machine arrière et réintroduisent la voiture en centre-ville. (ndlr voir notre article sur les maires qui réintroduisent l’automobile en ville pour des raisons économiques)

On peut par exemple citer le cas de Béthune, qui a rendu sa « Grand-Place » à la circulation en avril dernier. A Pau, la municipalité a elle aussi récemment revu le plan de circulation de la ville pour y faire entrer davantage de voitures, alors qu’à Saint-Etienne, des zones piétonnes sont rendues à la circulation. D’autres communes revoient à la baisse le prix du stationnement, ou optent pour la gratuité : c’est le cas de Toulouse, La Roche-sur-Yon ou bien encore Angers.

Objectif : faire revenir la voiture en centre-ville, et avec elle, les automobilistes et leur pouvoir d’achat, afin de redonner aux centres urbains un dynamisme que la disparition de la voiture avait enrayé. Autant de municipalités dont la capitale ferait bien de s’inspirer.
Source

  • Yves78

    A Florian:

    Une ville est un centre d’activité et de développement économique, quoiqu’on essai de vous faire croire, la vie dans une ville n’est et ne sera jamais la même chose qu’à la campagne. Dès lors, priver la ville de sa circulation est comme priver le corps humain de circulation sanguine, ca marche tout de suite moins bien.

    Enfin, il n’est pas impossible de concilier santé, économie et mobilité, les politiques élus font fausse routes sur les solutions qu’ils mettent en place et qui aggravent la situation.

  • Florian

    Reintroduire pour des raisons economiques?! Ce n’est pas une raison!
    Bravos messieurs vous allez vous enrichir sur l’asthme de vos enfants, c’est de l’egoiisme a vomir cette politique. Nous on n’a pas le droit de s’enrichir sur le dos de la sante publique et le respect de nos terres bordel.