Paris – New-York en 30 minutes ? La fusée pourrait révolutionner le transport longue distance (vidéo)

Le dernier défi fou du patron milliardaire Elon Musk s’appelle « Big Fucking Rocket ». La construction du premier vaisseau doit commencer dans six ou neuf mois…

Lors d’une conférence, Elon Musk, a dévoilé ce vendredi ses derniers projets ambitieux pour envoyer des vaisseaux spatiaux sur Mars dans cinq ans… et transporter les gens sur Terre en des temps record. Le PDG de SpaceX souhaite faire voler des fusées transportant des voyageurs, à une vitesse maximale de 27.000 km/h. Un modeste projet baptisé du doux nom de « Big Fucking Rocket ».

Un petit Paris-New York ? Comptez 30 minutes. Ou un week-end shopping entre Londres et Dubaï ?

Plutôt 29 minutes. Entre 80 et 200 personnes pourront être transportés à chaque voyage Et ne comptez même pas ronchonner sur des prix réservés à des multimilliardaires. Niveau tarifs, SpaceX devrait, selon son PDG, proposer des prix alignés -à peu de choses près-, avec les tarifs des compagnies aériennes actuelles.

Ces fusées serviront principalement à une mission sur mars avec un horizon à 2022 ou 2024, ainsi que sur la Lune.

« Une fois sorti de l’atmosphère, ça roulerait tout seul, sans turbulences, rien. Il n’y a pas de météo et on peut gagner des destinations longue distance en moins d’une demi-heure. Si on construit ce truc pour aller sur la Lune ou sur Mars, pourquoi ne pas aller aussi dans d’autres endroits sur Terre ».

Elon Musk, le fondateur de PayPal, l’homme d’affaires le mieux payé au monde avec une fortune personnelle estimée à 21 milliards de dollars, est réputé pour ses projets extravagants et visionnaires. Il est à l’origine de l’élaboration des voitures électriques Tesla. Il a déjà réussi, après un grand nombre d’échecs, à faire voler sa fusée FalconX avant de la faire atterrir sur une barge flottante. Il développe un train capable d’atteindre la vitesse de 1 200 km/h, l’Hyperloop. Il compte également développer l’implant cérébral avec sa start-up Neuralink, afin d’augmenter les potentialités humaines tout en élaborant un vaste plan de lutte contre l’intelligence artificielle, qu’il considère comme un péril pour l’humanité. Le voyage sur Mars n’est donc qu’une composante d’un vaste plan de conquête du futur…

Source

Source 2