Scandale : La police française a ordre de ne plus poursuivre les délinquants à deux roues

Les différentes forces de police française ont reçu pour consigne de ne surtout pas engager de poursuites avec les deux roues en infraction qui refusent de se soumettre à une sommation de s’arrêter. Cette consigne est depuis régulièrement rappelée aux policiers nationaux et municipaux de la police française ainsi qu’aux gendarmes et dès qu’un deux roues se retrouve impliqué dans un accident de la voie publique le premier réflexe semble être de rechercher si de méchants policiers n’étaient pas dans le secteur pour trouver d’éventuelles responsabilités.

Les voyous qui circulent sur des motos de cross non immatriculées, non homologuées, sans permis sans casque et sans assurance (et bien souvent volées) ont un sentiment d’impunité bien réel et narguent les forces de police.

Les voyous qui circulent sur des motos de cross non immatriculées, non homologuées, sans permis sans casque et sans assurance (et bien souvent volées) ont un sentiment d’impunité bien réel et narguent les forces de police. Les policiers de leur côté craignent à juste titre les foudres de la Justice puisque pour eux c’est double peine. Bien entendu il nous est expliqué que nous devons relever les éléments nous permettant d’identifier « plus tard » les auteurs de ces délits routiers ce qui est une vaste plaisanterie.

Le pire est que bien souvent quand par chance un équipage parvient à interpeller un délinquant de ce type le Parquet… Rend le véhicule à l’auteur des infractions (ndlr : pour tout excès de vitesse supérieur à 50 km/h le véhicule est saisi par les douanes après jugement, sauf si le juge peut justifier du contraire) Dans le même temps consigne est donnée à la police française d’être intransigeants avec les usagers de la route qui ont le malheur de circuler avec des véhicules en règle et les sanctions sont non seulement sévères mais automatiques.

Très curieusement on dote les gendarmes de véhicules d’interception rapide sur les autoroutes qui se lancent à la poursuite des motards qui auraient l’idée saugrenue de ne pas respecter la sacro sainte limitation à 130 km/h et l’on se vante dans la presse d’avoir brillamment interpellé de vilains citoyens qui parfois en perdent leur emploi.

Et pendant ce temps les VRAIS voyous non seulement font n’importe quoi sur la route, mais parfois tuent ou blessent grièvement des enfants, des passants innocents ou bien foncent sur les policiers. Bref tout va bien dans le meilleur des mondes.

Tant il est plus simple de faire payer le lampiste (le policier de terrain) et le citoyen honnête, usager de la route, tout en se pavanant à la télévision avec la sinistre madame Perrichon, qui est à la sécurité routière ce que Torquemada était à la religion. Ainsi les usagers de la route continueront à payer des contraventions et les racailles qui, comme les hiboux, sont une espèce protégée qui vole la nuit continueront à mettre en danger la vie d’autrui et au minimum à troubler la tranquillité publique. Démonstration est ainsi faite que :

-Sur une moto sportive en dépassement de la vitesse autorisée sur une autoroute déserte, titulaire d’un permis de conduire, d’une moto homologuée, non volée et en bon état et porteur d’un casque TOUS les moyens seront engagés et la sanction ne tardera pas. La Gendarmerie n’hésitera pas, au volant d’un bolide à engager une poursuite à plus de 200 km/h pour vous rattraper.

Dans une zone de non droit il est de fait permis de contrevenir à toutes les règles du Code de la Route, sans casque, sans permis et sans assurance sur une moto non homologuée. Et si par malheur il y a un accident ce sera de la faute de la Police française. C’est ce qu’on doit appeler un Etat de droit… Version Sécurité « Rentière »

Note : nos lecteurs nous informent que cette consigne a également pour but pour l’Etat de se dédouaner de toute responsabilité en cas d’accident. Ainsi, si accident il y a, les policiers seront entièrement responsables puisqu’ils auront agi à l’encontre des consignes.

Communiqué du syndicat de police SIPM Eurocorp via DelitDimages

Crédit Photo Le Parisien

Comments are closed.