Tesla dévoile son camion électrique avec une autonomie de 270 km le 26 octobre

Elon Musk, le PDG de Tesla, a annoncé sur son compte Twitter, que son camion électrique “Semi Truck” sera dévoilé le 26 octobre alors qu’il devait être initialement présenté fin septembre. “Ce monstre mérite d’être vue. C’est incroyable”, écrit-il dans son message. Des tests de la bête sont prévus le même jour.

A priori, ce modèle disposera d’une autonomie comprise entre 200 et 270 kilomètres et son prix devrait débuter à 100.000 dollars. Il disposera également d’un système de conduite semi-autonome, qui reprend le principe de l’Autopilot déjà proposé sur les Model S et Model X. Aussi et surtout, il promet un coût d’utilisation inférieur de 70% à celui d’un camion diesel. Un argument qui devrait parler directement aux transporteurs.

Si Tesla espère en priorité révolutionner le secteur du transport routier, il semblerait également que ce lancement fasse encore grimper la cote de Tesla auprès des investisseurs. Ainsi Adam Jonas, analyste vedette de la banque Morgan Stanley estime que « les révélations de Tesla sur leur camion semi-remorque autonome et électrique de classe 8 pourraient constituer le plus grand déclencheur de l’industrie des camions et séparer définitivement les leaders en matière de technologie de ceux qui sont à la traîne ».

Une autonomie problématique

Si l’annonce est spectaculaire, il n’en reste pas moins un doute quant à la pertinence du produit. Les semi-remorques sont typiquement des véhicules très énergivores du fait de leur masse et parcourent généralement de très longues distances d’une traite. Offrir un rayon d’action décent imposerait donc une gigantesque batterie. Celle du camion Tesla devrait dépasser les 300 kWh, ce qui implique des temps de recharge très longs. Il faudra donc que le constructeur explore des solutions pour rendre son produit conforme à l’usage des professionnels. Les Superchargers ne seront sans doute pas suffisants pour rendre ce modèle compétitif.

Cette quadrature du cercle qu’est le rayon d’action a conduit Mercedes-Benz, qui prévoit d’investir le marché en 2020, soit en même temps que Tesla, de cantonner l’usage de ces poids lourds à un usage urbain. Le prototype Urban e-Truck présenté en 2016 se contente ainsi de 200 km d’autonomie. Et le prototype Cummins Aeos se contente lui d’une autonomie de 160 km avec sa batterie de 140 kWh. Un autre concurrent est le Nikola One. Cette marque qui reprend le prénom du physicien Nikola Tesla a présenté un prototype de camion qui dispose d’une pile à combustible. La batterie de 320 kWh sert donc avant tout de tampon et la start-up entend implanter 364 stations d’hydrogène sur le territoire américain, à partir de 2018. Et compte ne proposer son modèle qu’à la location, pour une maîtrise totale du coût de détention par les exploitants.

A ces problématiques s’ajoute celle de l’homologation, bien différente entre l’Europe et les Etats-Unis. Le camion Tesla n’est donc sans doute pas prêt à conquérir le Vieux Continent.

Elon Musk précisait l’année dernière que les conducteurs de poids lourds seront encore indispensables dans les prochaines années.

Voir également la vidéo (en anglais)

Source

Challenge

Express