La Cnil épingle l’Etat pour son traitement des données collectées par les radars-tronçons (conservées jusqu’à 4 ans au lieu de 24h)

La Cnil épingle l’Etat pour son traitement des données collectées par les radars-tronçons (conservées jusqu’à 4 ans au lieu de 24h)

Deux points posent problème : la durée de conservation des données collectées et leur sécurité. La Cnil se veut particulièrement ferme compte tenu « du nombre particulièrement important de personnes susceptibles d’être impactées par le traitement mis en œuvre et du risque particulier au regard de la vie privée« .

La CNIL écrit : « les numéros de plaque d’immatriculation des véhicules n’ayant pas commis d’infraction sont conservés plus de 13 mois pour les numéros complets, et plus de 4 ans pour les numéros tronqués de deux caractères, bien au-delà du délai de vingt-quatre heures prévu » par l’arrêté de 2004.

La CNIL s’inquiète aussi de la sécurité insuffisante pour conserver ces données informatiques avec par exemple « un manque de robustesse des mots de passe« . La commission a donné trois mois au ministère de l’Intérieur pour se conformer à la loi. Passé ce délai, elle pourra prononcer une sanction.

Lire la suite sur l’Usine Nouvelle et Caradisiac

Illustration Clément Eustache [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)]

Partagez

Soutenez Réalités Routière, nous avons besoin de vous !

Soutenez Réalités Routières en faisant vos achats sur Amazon !

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez