Comment sécuriser un territoire sans limite de vitesse ?

Vous avez probablement entendu parler de l’île de Man , le rocher battu par la pluie de 600 km2 qui se trouve au milieu de la mer d’Irlande . Il abrite les célèbres Tourist Trophy  courses de moto , utilisant les routes les plus rapides de l’île. C’est également le seul endroit en Europe en dehors du réseau autoroutier allemand, où il y a des routes publiques sans limite de vitesse, ce qui attire les amateurs de sensations fortes , même pendant les 51 semaines de l’année où le TT n’a pas lieu.

 

30% des routes sans limite de vitesse

Environ 30% du réseau routier de l’île est sans restriction, y compris la quasi-totalité de la section de montagne du célèbre parcours de TT . Sans surprise, l’île exerce un fort attrait pour ceux qui veulent y monter, ou rouler vite . C’est la raison pour laquelle , lorsque nous nous y sommes rendus pour un reportage à paraître dans le numéro de Novembre 2015 de Car and Driver , nous avons organisé une rencontre avec l’homme en charge de l’unité de police routière de la « Manx Constabulary » , le sergent-détective Allan Thomson , pour savoir exactement comment il maintient l’ordre sur les routes sans limite de vitesse.
police île de Man sans limite de vitesse
La réponse est d’essayer de construire un consensus plutôt qu’un conflit ; Thomson et l’équipe de cinq agents sous ses ordres sont des agents de la circulation qui essaient de ne pas verbaliser. «Nous sommes uniques », admet Thomson , dont l’accent local est proche de celui de Liverpool . « Vous pouvez descendre du bateau et atteindre le sommet de la montagne à 290 km/h en 15 minutes , sans enfreindre la loi . Voilà pourquoi nous voulons essayer d’engager le dialogue avec les gens et leur parler. Nous nous adressons à eux correctement, afin de rendre leur comportement correct. . . mais nous n’oublions jamais que c’est une voie publique, pas une piste de course  » . Et cela fonctionne. Thomson a repris l’unité de police routière il y a trois ans , et a immédiatement ordonné un changement dans la manière d’effectuer les contrôles routiers.

« L’habitude était de verbaliser systématiquement, sans se poser de questions ni écouter ce que les gens avaient à dire.« , admet-il.  » Nous placions les radars à la sortie des villages , où les gens sont tentés d’aller plus vite. J’ai redéployé les contrôles de vitesse dans les villages afin que les gens puissent voir pourquoi nous le faisions, et avons commencé à engager la conversation et expliquer aux gens ce que nous faisions et pourquoi nous le faisions, et pas seulement mettre des PV.  »

Le résultat est à la fois une réduction spectaculaire des condamnations pour excès de vitesse, mais aussi du nombre d’accidents et d’incidents dus au comportement antisocial auquel les insulaires étaient exposés.

circuler sur l'île de Man sans limite de vitesse

Prévention pour circuler sur un territoire sans limite de vitesse

« Il est important de faire savoir que si vous vous comportez mal, nous allons avoir une discussion avec vous », explique-t-il, « mais nous voulons que vous reveniez l’année prochaine et que vous disiez à vos amis à quel point la police est efficace. Mes agents font des services d’une durée de 12 heures. Avant, ils passaient 8 heures à contrôler, puis 4 heures dans la paperasse. Maintenant, ils sont en permanence sur la route, et essayent d’être au bon endroit au bon moment.  »

C’est de la police pro-active, à tel point que Thomson ou l’un de ses agents ira à la rencontre des motards et des propriétaires de voitures sportives à leur arrivée sur l’île. « Nous faisons en sorte qu’il y ait un contact » dit-il « et ensuite nous leurs décrivons les dangers locaux, tout en soulignant qu’il s’agit de routes publiques. Si vous blessez quelqu’un, vous êtes responsable, qu’il y ait une limitation de vitesse ou pas. Nous souhaitons que les visiteurs passent un bon moment. »

Cette approche douce ne fonctionne pas avec tout le monde, avec beaucoup d’empathie il y a toujours de la répression contre les mauvais comportements au volant ou au guidon. Les forces de l’ordre locales ont plusieurs véhicules rapides d’intervention, dont une Ford Focus ST break avec laquelle Thomson s’est rendu à l’interview. “Nous avons bien sûr besoin d’un véhicule performant dit-il » mais une voiture ne sera jamais aussi rapide que certaines motos : Vous pouvez conduire à 160 km/h avec le gyrophare et le deux-tons, il y aura des motards qui refuseront d’obtempérer. »

C’est pourquoi ils utilisent des motos sportives banalisées, très utiles notamment lors des « Dimanches fous » lorsque la route de la partie montagneuse du TT est mise à sens unique, des centaines de motards viennent s’y essayer. « Vous ne les remarqueriez pas, elles sont très bien faites » déclare Thomson à propos de ces motos banalisées. Si vous êtes dans une zone sans limite de vitesse, que vous voyez les grands panneaux annonçant que des motos banalisées sont en service, la première chose que vous faites est de regarder dans le rétro. Bien sûr, vous voyez une moto derrière vous et vous vous demandez, est-ce l’une d’entre elles ? La mortalité à diminué dès qu’elles ont été mises en service.
Contrairement au reste du Royaume Uni, l’ile de Man n’a pas de radars automatiques. Ou plus précisément, il y a eu une tentative d’introduction, mais il y a eu une résistance considérable. “Nous en avons eu deux” admet Thomson, “mais cela ne s’est pas bien passé. Il est exact de dire qu’il n’a pas fallu attendre longtemps pour qu’ils soient écrasés…. Nous avons démarré une initiative appelée « contrôle de vitesse citoyen » en entrainant des particuliers à utiliser un radar laser. Ils notent tout excès de vitesse, et nous transmettent les immatriculations pour que nous allions raisonner le conducteur, c’est aussi simple que cela. C’est surprenant, mais cela marche.»

Le bon sens pour sécuriser les routes fonctionne, qui l’aurait cru ?

Merci à Franck pour la traduction.

Source

Comments are closed.