Bouchons en Gironde : transports en commun inefficaces et inadaptés, radars causant des bouchons etc.

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Vous avez été plusieurs dizaines à répondre à notre appel à témoignages sur vos galères d’automobilistes en Gironde. Voici quelques-unes de vos réactions.

[…]

Des poids lourds trop nombreux

Le gros point noir, selon vous, ce sont les camions qui engorgent les routes aux heures de pointe, avec parfois des comportements dangereux.

Pour Sébastien Orgueil, un Bordelais, il faut « leur faire respecter les limitations de vitesse à 80 km/heure et leur interdire de doubler sur la rocade ». Laetitia Echivard soumet l’idée d’ »une file spéciale pour les camions sur la rocade« .

Une photo d'une internaute montrant un poids lourd sur chacune des files de la rocade.
Une photo d’une internaute montrant un poids lourd sur chacune des files de la rocade.
CRÉDIT PHOTO : M. BERGEY/INTERNAUTE

[…]

Des transports en commun pas toujours adaptés

Les automobilistes sont régulièrement incités à utiliser les transports en commun. Oui mais voilà, pour beaucoup d’entre vous, ils sont inadaptés à vos usages.

C’est le cas de Florence Deffontaine qui habite près de Virsac et qui travaille à Bègles. « Il faudrait que je prenne la voiture jusqu’à Saint-André-de-Cubzac, ensuite le train jusqu’à Bordeaux Saint-Jean puis le tram jusqu’à Bègles, mais qui s’arrête à l’opposé de mon lieu de travail. Et ensuite, il faut attendre un bus qui ne passe que toutes les 30 minutes pour me déposer enfin à proximité de mon bureau« .

Frédéric Meunier, lui, a sauté le pas. Ce Bordelais a laissé sa voiture au garage il y a plus d’un an déjà.

Lorsque l’on souhaite chasser les voitures de la ville, les transports en commun se doivent d’être irréprochables, et nous en sommes bien loin »

Il pointe du doigt les lianes 3 et 9 et le tram, qu’il emprunte quotidiennement : les bus et les rames sont bondés, les fréquences trop longues et le service de nuit pas assez développé.

Et ce n’est pas mieux côté TER. Christelle Lecoq en a fait l’expérience. Elle réside à Paillet et travaille à Bordeaux.

J’ai essayé le train Langon-Bordeaux, mais les trois fois, cela a été catastrophique. Une fois, le train était bondé, et j’ai donc été obligée de prendre le suivant, une deuxième fois, j’ai dû rester debout. La troisième, le train a été annulé, j’ai dû faire du stop pour arriver à l’heure ».

Jimmy Olin propose de « créer un grand parc-relais à Ambarès et mettre en place un cadencement de TER toutes les 15 minutes le matin et le soir, avec un arrêt à la gare de Cenon et un terminus à la gare Saint-Jean. Et surtout utilisable avec l’abonnement TBM ». Cet habitant d’Ambarès voudrait aussi que la ligne A du tram soit rallongée jusqu’à Ambarès en passant par Bassens centre.

[…]

Le covoiturage, oui, mais pour qui ?

Pour réduire le nombre de véhicules sur les routes, le covoiturage pourrait être la solution. Mais pour Annick Rivière, « les aires de covoiturage sur la rive droite sont saturées. Il y en a trop peu, comme les parcs-relais du tram. Il faut y être avant 6 h 30 pour espérer y trouver une place ».

Florence Deffontaine, elle, estime qu’il y a trop de contraintes pour faire du covoiturage : ses enfants à déposer et rechercher à l’école, et ses heures de travail.

Des arguments que ne comprend pas forcément Sylvain Depreissat qui met à disposition ses places libres dans sa voiture pour ses trajets domicile/travail. Un réflexe que n’ont visiblement pas tous les automobilistes : « Sur un trajet entre Saint-Jean-d’Illac et Mérignac, vous ne verrez pas la moindre annonce sur Blablacar ».

[…]

Les infrastructures routières posent problème aux automobilistes. Vous avez été plusieurs à réclamer le grand contournement, « un projet indispensable quand on réalise que tout le trafic routier Espagne/Paris passe sur la rocade », note Frédéric Meunier.

[…]

Pour Jimmy Olin, il faut aussi songer à « la mise à 2×3 voies de l’A63 ». Cet habitant d’Ambarès-et-Lagrave évoque également la suppression du bouchon du pont d’Arcins en sens extérieur « en supprimant la voie cyclable quand il y aura le pont Simone-Veil. »

Kévin Barclais pointe du doigt les radars – chantiers ou fixes. « Ils causent souvent des ralentissements qui n’ont pas lieu d’être et finissent par créer des embouteillages ». Même son de cloche chez Yohan Estachy pour qui le radar au pied du pont d’Aquitaine, dans le sens Paris/Bordeaux, est un gros point noir.

Je pense que supprimer ce radar et le remplacer par un radar tronçon sur le pont permettrait de faire respecter les 70 km/h aux usagers et peut-être moins de ralentissements à cette sortie 4. Dans le sens Bordeaux/Paris, ce radar tronçon ferait ralentir les gens qui arrivent de la rocade pour permettre à ceux de Bordeaux Lac de s’insérer plus aisément. »

[…]

Avant l’été 2017, nous pouvions espérer une arrivée sur chantier entre 9 heures et 9 h 30. Aujourd’hui, malheureusement, on est plus proche de 10 heures. Voire plus. »

D’autres sont prêts à prendre des décisions plus radicales, à l’image de Florence Deffontaine : « j’envisage de vendre ma maison et d’acheter un bien en périphérie de Bordeaux, mais encore faut-il que les finances suivent. »

Guillaume, pour sa part, est particulièrement inquiet pour l’avenir. « Je suis de plus en plus fatigué de prendre la rocade et crains énormément l’évolution dans les mois à venir, et m’interroge sur la possibilité de garder mon emploi. »

Lire sur Sudouest

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Soutenez VOS idées

« Bien informés, les hommes sont des citoyens.

Mal informés, ils deviennent des sujets. » Alfred Sauvy

VITE !

Le temps presse...

Réalités Routières est le seul média spécialisé engagé qui présente les réalités de la route à contre courant des médias traditionnels : interdictions, taxes, contre-vérités pseudo scientifiques… En 8 ans d’existence, nous avons plusieurs millions de visiteurs uniques et une très  large communauté.

Notre petite équipe bénévole a besoin de vous : nous avons des frais matériels, juridiques, d’hébergement.

MERCI !