E. Zemmour : « Les automobilistes sont des vaches à lait et des pestiférés, sous Pompidou ils incarnaient la liberté et le progrès »

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram

Résumé de la vidéo :

Je suis contre car on ne sait même pas si cela sera efficace. Le gouvernement va sortir des études qui vont dans son sens.

C’est assez décevant de la part du gouvernement Philippe, comme ses prédécesseurs, il recherche le tiroir-caisse. Il va plaider la bonne foi, va redistribuer des fonds à la santé, mais les gens n’y croiront pas, et ils n’auront pas tout à fait tort.

Depuis plusieurs décennies, l’automobiliste est une vache à lait qui paie rubis sur ongle ses sanctions qu’on lui inflige, beaucoup mieux que beaucoup d’autres.

Plus fondamentalement, je trouve désolant qu’un pouvoir qui se dit libéral et qui, sur ces thèmes là, est une espèce de maman et fait une mise sous tutelle de tous les citoyens.

L’État est impuissant sur de nombreux sujets, donc cette mesure (le 80 km/h) est une sorte de compensation.

Jacques Chirac, lors de son second mandat, avait mis la sécurité routière comme priorité numéro 3 de son mandat. Il avait des priorités de président de conseil général.

Il y a une évolution du statut de l’automobiliste : à l’époque de Pompidou, il incarne la liberté et le progrès,  on lui construit de belles autoroutes, Pompidou arrive en Porsche à l’Élysée. Aujourd’hui, c’est un pestiféré. C’est un fait d’époque.

En savoir plus sur Eric Zemmour :

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram

Soutenez VOS idées

« Bien informés, les hommes sont des citoyens. Mal informés, ils deviennent des sujets. » Alfred Sauvy

VITE !
Le temps presse...

Réalités Routières est le seul média spécialisé engagé qui présente les réalités de la route sous leur vrai jour : interdictions, taxes, contre-vérités pseudo scientifiques… En 8 ans d’existence, nous avons plusieurs millions de visiteurs uniques et une très  large communauté.

Notre petite équipe bénévole a besoin de vous : nous avons des frais matériels, juridiques, d’hébergement.

Êtes-vous prêt à soutenir vos idées ?