Le gouvernement veut favoriser les péages à l’entrée des villes

Le projet de “loi sur les mobilités” ne sera présenté qu’au printemps mais on connaît déjà les pistes du gouvernement. Dans le journal “Les Échos” ce mercredi, la ministre des Transports, Élisabeth Borne, a confirmé l’idée de péages à l’entrée des villes.

Verra-t-on bientôt des péages à l’entrée des villes françaises ? A l’instar de villes européennes comme Milan, Londres et Stockholm, le gouvernement réfléchit à l’idée pour lutter contre le tout-voiture en ville. C’est l’une des pistes envisagées dans le projet de “loi sur les mobilités” préparé par la ministre des Transports, Élisabeth Borne, qui confirme les grandes lignes du texte ce mercredi dans le journal “Les Échos”.

Le principe est simple : faire payer les voitures qui souhaitent entrer en centre ville. Le système existe déjà dans plusieurs grandes villes en Europe. À Milan, Londres et Stockholm. Il faut par exemple débourser près de 13 euros pour rouler dans la capitale britannique. Il s’agit de lutter contre les embouteillages urbains mais aussi la pollution. La mesure attire les foudres des associations d’automobilistes. Certains élus dénoncent un système inégalitaire visant à bannir les plus modestes des centres urbains. La mesure existe en France mais elle est limitée à 3 ans. Le projet de loi vise donc à inciter les villes à installer ces péages.

Le retour d’une écotaxe ?

Dans son projet de loi, le gouvernement évoque aussi la création d’une vignette poids-lourds pour les routes nationales même si Élisabeth Borne se garde bien de parler d’écotaxe abandonnée par le précédent gouvernement après des mois de contestations des bonnets rouges. Le patronat du transport routier monte déjà au créneau.  Parmi les autres pistes envisagées, le gouvernement souhaite favoriser le covoiturage avec des voies dédiées à l’entrée des grandes agglomérations à ceux qui partagent une voiture comme pour les taxis. Enfin un système de taxis amateurs entre particuliers seraient à l’étude dans les zones rurales où les transports en commun sont peu développés.

France Bleu

Partagez