Laurent Wauquiez pris en excès de vitesse de plus de 40 km/h (vidéo)

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Laurent Vauquiez a été pris en flagrant délit d’excès de vitesse par l’émission Quotidien sur TMC. Dans un reportage diffusé mercredi 28 septembre, la journaliste suit Laurent Wauquiez dans sa région.  « Il va vite, il court », raconte à son propos Henri Guaino alors que l’intéressé nie être « un homme pressé ».

Mais Quotidien a suivi le convoi de Laurent Wauquiez « entre la Loire et l’Isère ». Et a eu du mal à suivre tant le président de LR par intérim roulait vite (en tant que passager). Avec des pointes à 160 km/h, et des excès de vitesse d’environ 40 km/h au-dessus des limites. « Ça m’arrive, je fais attention », rigole-t-il alors, interrogé sur ces petits délits routiers.

A voir en vidéo à partir de 5 min 27 :

Un manque d’exemplarité presque aussi cocasse qu’un Jérôme Cahuzac pourchassant la fraude fiscale quand on se souvient ce qu’il sermonnait en Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes qu’il préside :

L’exemple doit venir d’en haut. Les élus ne peuvent pas demander des efforts aux autres si nous ne nous les appliquons pas à nous-mêmes. Notre comportement doit être irréprochable.

Questions de la rédaction : si la vitesse est si dangereuse (selon le gouvernement), même avec des véhicules récents et des conducteurs chevronnés (chauffeurs professionnels), pourquoi son convoi roulait-il aussi « vite » ? Ou alors, il est possible de dépasser les limites de vitesse réglementaires tout en roulant à une vitesse non excessive et en toute sécurité ?

Le Lab

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Soutenez VOS idées

« Bien informés, les hommes sont des citoyens. Mal informés, ils deviennent des sujets. » Alfred Sauvy

VITE !
Le temps presse...

Réalités Routières est le seul média spécialisé engagé qui présente les réalités de la route sous leur vrai jour : interdictions, taxes, contre-vérités pseudo scientifiques… En 8 ans d’existence, nous avons plusieurs millions de visiteurs uniques et une très  large communauté.

Notre petite équipe bénévole a besoin de vous : nous avons des frais matériels, juridiques, d’hébergement.

Êtes-vous prêt à soutenir vos idées ?