L’encens 5 fois plus nocif que le périphérique parisien pour votre santé ?

Un rapport met en garde contre les produits nocifs émis par les bâtons d’encens, les cônes et les bougies qui parfument nos intérieurs.

Les familles françaises sont en effet accrocs : 37 % utilisent des bougies parfumées chez elles, 20 % de l’encens. Or, selon une étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), que nous révélons, ces produits peuvent s’avérer dangereux pour la santé. En voulant installer une ambiance cosy, on se retrouve à inhaler jusqu’à cinq fois plus de benzène, un hydrocarbure classé cancérigène, qu’à proximité du périphérique parisien !

Selon un critère strictement environnemental, préférez les bougies. « Il n’y a pas photo, elles émettent dix à cent fois moins de benzène, le principal polluant, que l’encens », explique Nadia Herbelot, chef du service qualité de l’air de l’Ademe. Si vous êtes adepte de l’encens, faîtes brûler des bâtons plutôt que des cônes. Et cela peut sembler surprenant mais mieux vaut les allumer avec son briquet. « Utiliser des allumettes ajoute encore du polluant au polluant », pointe Nadia Herbelot.

« Les personnes asthmatiques, les femmes enceintes et les enfants devraient, eux, tout simplement s’abstenir », conseille Nadia Herbelot. Afin de mieux informer le consommateur, l’Ademe préconise un étiquetage avec des couleurs et des lettres, selon les émissions de polluants, à l’instar de celui des pots de peinture. Le dossier est sur la table du ministère de l’Environnement.

Lire la suite sur Le Parisien

Partagez