Paris : ouverture de la chasse aux automobilistes dès le 1er janvier 2018 (des véhicules privés scanneront les rues à la recherche de contrevenants)

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

A partir du 1er janvier 2018 en effet, la Ville délègue à deux entreprises privées, Streeteo (filiale des parkings Indigo) et CSV (Urbis Park et Egis) la gestion des 150 000 places de stationnements dans les rues de Paris. […]

Principales nouveautés de ces quelque 260 pervenches 2.0 : un assistant personnel (PDA), sorte de smartphone amélioré, dans la poche, et surtout, des véhicules électriques « flasheurs » de plaque d’immatriculation en assistance.

 « Ces véhicules vont aider à améliorer le travail des agents, en cartographiant la Ville de Paris, explique Christophe Laumet, directeur du projet pour Egis. On va savoir où sont stationnés les usagers, et s’ils ont payé leur stationnement. » Une dizaine de véhicules électriques (scooters ou voitures), équipés de ces systèmes de prise de vue « LAPI » (lecture automatique de plaques d’immatriculation), vont sillonner les rues de la capitale.

[…]

Un scooter LAPI avançant à 20 km/h peut flasher de 800 à 1 000 plaques par heure, une voiture de 1 000 à 1 500 ! Un système très performant qui ne se heurte qu’à une difficulté : les voitures « à touche-touche » dont on ne peut pas lire les plaques. « Il faut 10 cm d’écart entre deux véhicules pour bien lire, explique Christophe Laumet. […]

Seul répit pour les resquilleurs : ces flasheuses n’envoient pas directement les « FPS » (les nouveaux PV), mais font du « repérage », indique Christophe Laumet. Charge ensuite à un contrôleur de se rendre sur place pour constater de visu le non-paiement. Amine, nouveau contrôleur chez CSV, nous en fait la démonstration. Devant une voiture sans ticket de stationnement, il dégaine son PDA, avec lequel il scanne la vignette Crit’Air sur le pare-brise, ou, s’il n’y en a pas, rentre la plaque d’immatriculation à la main, puis prend des photos du véhicule à l’avant et à l’arrière (ce qui servira de preuve en cas de contestation). Ensuite, il délivre un petit papier en forme de ticket de caisse sur le pare-brise. Pour l’instant, ce n’est qu’un avertissement. Mais à partir du 1er janvier, ce sera 50 €.

Lire sur Le Parisien

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Soutenez VOS idées

« Bien informés, les hommes sont des citoyens. Mal informés, ils deviennent des sujets. » Alfred Sauvy

VITE !
Le temps presse...

Réalités Routières est le seul média spécialisé engagé qui présente les réalités de la route sous leur vrai jour : interdictions, taxes, contre-vérités pseudo scientifiques… En 8 ans d’existence, nous avons plusieurs millions de visiteurs uniques et une très  large communauté.

Notre petite équipe bénévole a besoin de vous : nous avons des frais matériels, juridiques, d’hébergement.

Êtes-vous prêt à soutenir vos idées ?