Ils retournent 2 fois un radar autonome vers la voie ferrée en 2 semaines

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Les automobilistes n’aiment pas les radars. Il suffit de voir le nombre de personnes s’étant équipées d’un avertisseur de radar pour s’en convaincre par exemple. Et comme les pouvoirs publics insistent pour en installer davantage, ce désamour ne fait que se renforcer. Si bien que certains en viennent à employer la manière forte.En effet, pour compléter leur arsenal, les autorités ont installé depuis deux ans un nouveau type de radar connu sous le nom de « radar-chantier ». Contrairement aux radars traditionnels, fixes, ces dispositifs peuvent être déplacés. Encore faut-il y mettre les formes puisque le radar en question pèse plus d’une tonne, 1250 kilos pour être exact !

Il est donc d’autant plus amusant de constater que près de Bagnols-sur-Cèze, au début du mois, des petits malins sont parvenus à retourner le fameux radar. Résultat, celui-ci ne contrôlait plus la vitesse des véhicules mais celle des trains passant sur la voie ferrée parallèle à la route ! L’histoire ne dit pas si les conducteurs de trains ont été effectivement flashés et si oui, s’ils ont reçu une amende…

Reste que cette pratique, au même titre que toute autre dégradation d’un radar, est illégale et punie par la loi, jusqu’à écoper de 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende. Cela n’a pas dissuadé les malfaiteurs puisqu’ils ont réitéré leur « exploit » une semaine plus tard !

NDLR : voici l’endroit en question

Source / Midilibre

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Soutenez VOS idées

« Bien informés, les hommes sont des citoyens. Mal informés, ils deviennent des sujets. » Alfred Sauvy

VITE !
Le temps presse...

Réalités Routières est le seul média spécialisé engagé qui présente les réalités de la route sous leur vrai jour : interdictions, taxes, contre-vérités pseudo scientifiques… En 8 ans d’existence, nous avons plusieurs millions de visiteurs uniques et une très  large communauté.

Notre petite équipe bénévole a besoin de vous : nous avons des frais matériels, juridiques, d’hébergement.

Êtes-vous prêt à soutenir vos idées ?