Tout savoir sur la location longue durée : avantages, fiscalité, etc.

La quasi-totalité des publicités automobiles actuelles, ne présentent plus le prix d’achat d’un véhicule neuf.
A la place, nous voyons très souvent un message mettant en avant une mensualité séduisante, et une accroche sans équivoque : sans d’apport de capital.

Comment cela est-il possible ? Il s’agit tout simplement d’une location et non d’un achat.

Alors que la part de véhicules achetés comptant est en nette diminution chaque année, le marché automobile fait fleurir les offres de location.

Résultats ? Renault annonce que 29 % de ses ventes de véhicules neufs sont financés par une location. Peugeot déclare que 66 % des financements souscrits concernent une location avec option d’achat (LOA). Chez BMW, près d’une voiture sur deux est acquise via une location.

Outre la LOA, il existe d’autres façons de se procurer un voiture, dont la location de voiture longue durée.

Qu’est-ce que la location longue durée (LDD) ?

La LLD est un contrat permettant de louer un véhicule neuf, sous certaines conditions. Il ne s’agit pas d’un achat, et il ne vous est pas possible d’acquérir le véhicule en fin de contrat comme avec un crédit-bail (LOA).

Comment ça marche ?

Les modalités sont simples :

  • vous choisissez un véhicule neuf qui vous plaît, sa motorisation, ses options, sa couleur, …
  • vous optez ou non pour une ou plusieurs options complémentaires : extensions de garanties, forfait d’entretien (souvent incluse), assistance, etc.
  • vous définissez une durée d’utilisation (3 ans par exemple)

En fonction des modalités choisies, la mensualité évoluera.

Comme il s’agit d’un financement, il est à noter que des justificatifs vous seront demandés afin de compléter un dossier, et que ce dernier sera soumis à une acceptation.

Durant la période de location, le certificat d’immatriculation reste au nom de l’organisme ayant financé le véhicule. Cependant, les coordonnées du locataire y sont mentionnées.

Le contrat LLD ne peut pas être remboursé partiellement. Néanmoins, à partir de 12 mois de contrat, le remboursement total est possible.
Faites tout de même attention, à d’éventuels frais et pénalités qui peuvent être appliqués.

 

Quels avantages puis-je en tirer ?

En tant que particulier

Tout d’abord, le fait qu’aucun capital de départ ne soit nécessaire pour se procurer le véhicule est un avantage indéniable.

Grâce à ce système, un changement plus fréquent de véhicule est envisageable, sans se soucier de la revente du véhicule puisqu’il est rendu en fin de contrat. De plus, le marché de l’occasion étant très fluctuant, le contrat vous garantit une valeur de reprise définie lors de sa signature.

Votre quotidien s’inscrit dans une dynamique de sérénité, puisque la société loueuse s’occupe plus ou moins de tout en fonction des options souscrites.

La reprise d’un ancien véhicule est possible, si vous en avez un alors que vous optez pour ce type de financement. Cette opération vous permettra donc de réduire votre mensualité, qui est également négociable tout comme un prix d’achat !

De plus, le montant de la mensualité est déterminé contractuellement et est connu à la signature. Il n’y a donc aucune surprise et une maîtrise totale de votre budget.

En tant que professionnel.

Le temps consacré la gestion du parc automobile s’amenuise, à mesure que vous augmentez le confort choisi dans les options du contrat.

Si les frais et les appréhensions d’un propriétaire vous inquiètent ou si vous préférez vous focaliser sur votre activité professionnelle, louer en LLD peut s’avérer être la bonne solution.

Fiscalement, la LLD permet de déduire les loyers et prestations complémentaires, et de récupérer la TVA.

Les avantages fiscaux liés à l’achat d’un véhicule de société sont très limités, que ce soit sur la déduction de l’amortissement, les taxes, la récupération de TVA, la majoration des cotisations sociales et de l’impôt sur le revenu pour ceux qui utilisent le véhicule à titre personnel.

La LLD peut donc paraître avantageuse pour les professionnels.

 

Et les inconvénients ?

Le premier loyer est souvent très engageant financièrement, puisqu’il s’échelonne souvent entre 1 500 et 3 500 euros.

Le kilométrage est imposé. Attention aux dépassements qui peuvent vous coûter cher…
Il est enfin fortement conseillé de prendre une assurance tous risques, car les conditions de reprise du concessionnaire peuvent s’avérer coûteuses et compliquées s’il y a eu des accrochages !

Partagez