Un activiste pro vélo s’est-il vanté d’un délit de fuite ? (Rouen)

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Un activiste pro vélo, dont nous vous avions déjà parlé lorsqu’il s’était vanté d’avoir créé un accident, aurait récidivé en provoquant un accrochage, où les torts étaient partagés entre l’automobiliste en question et l’activiste.

Les faits se sont passés le 29 décembre en fin de journée et les fans de sa page ne se sont pas privés pour lui rappeler sa potentielle entorse à la loi. (voir les commentaires sous son post).

Donc je tiens ma ligne… Et comme prévu, son aile me frôle à 10cm et son rétro se fracasse sur mon avant-bras. Bruits de plastique qui tombe par terre… Je continue mon chemin.

Source

Mise à jour du 31/12 :

Article L231-1 :

Les dispositions relatives au délit de fuite commis par le conducteur d’un véhicule sont fixées par les articles 434-10 et 434-45 du code pénal ci-après reproduits :

 » Art. 434-10Le fait, pour tout conducteur d’un véhicule ou engin terrestre, fluvial ou maritime, sachant qu’il vient de causer ou d’occasionner un accident, de ne pas s’arrêter et de tenter ainsi d’échapper à la responsabilité pénale ou civile qu’il peut avoir encourue

(legifrance)

En raison de la présomption d’innocence, cet article est au conditionnel.

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

15 réponses

  1. Bonjour. Ce que dit l’auteur n’évoque à aucun moment un véhicule génant. Je pense que vous vous êtes laissé abuser par l’image utilisée comme illustration, où l’on constate effectivement une infraction d’un automobiliste qui aurait justifié une priorité au véhicule en réalité fautif. Sauf que si vous regardez bien, cette image provient du site Google Street View : il ne s’agit nullement d’une photo représentant la configuration de l’accident.

    Les éléments donnés indiquent donc bien une faute de l’automobiliste. Par conséquent, il ne peut y avoir de délit de fuite, l’article 434-10 du code pénal précisant que le délit de fuite concerne celui qui « vient de causer ou d’occasionner un accident », et donc, d’après les éléments donnés, l’automobiliste.

    Bien sûr, si le cycliste s’est jeté sur la véhicule venant d’en face, c’est une autre histoire. Mais en l’état, vous colportez de fausses informations et vous rendez coupable du délit de diffamation au sens de l’article 29 de la loi du 29 juillet 1881.

    Il serait donc bon que vous corrigiez votre article pour y indiquer votre erreur, et que vous présentiez vos excuses à la personne concernée.

    1. Les « éléments donnés » étant notamment « Donc je tiens ma ligne… Et comme prévu etc… » montrent que ce cycliste a tout autant que (potentiellement) l’automobiliste « occasionné » un accident. Et donc il y a délit de fuite selon les « éléments ».

      Et vous ne vous privez pas vous-même de juger d’une « faute » de la part de l’automobiliste (oh, toujours selon les « éléments », hein). Vous êtes juge au tribunal et saisi de cette affaire ? Vous êtes apte à juger selon le récit d’une seule des deux parties ayant été impliquées ? Et dans le cas contraire donc, votre propre diffamation envers cet automobiliste alors ?

      1. Donc, le cycliste, en circulant de ce qui est décrit d’après les dispositions du code de la route, a d’après vous « occasionné » un accident, parce qu’il n’a apparemment pas fait quelque chose que vous ne précisez pas : qu’aurait-il du faire selon vous dans cette situation ? Se jeter sur les voitures stationnées pour éviter le contrevenant (d’après le récit, l’automobiliste était déjà en infraction : R412-9) ? S’envoler ? Voyez-vous une manière pour le cycliste d’éviter au chauffard décrit de fracasser son rétroviseur dans ce genre de situation sans se mettre en danger ? Vous prétendez que le cycliste aurait du jouer la nounou pour l’automobiliste, pourquoi pas, mais précisez comment, tout le monde n’a peut-être pas votre maîtrise du deux roues non motorisé…

        Quand à la prétendue diffamation envers l’automobiliste, relisez l’article 29, notamment la fin de l’avant dernière phrase… Et relisez aussi mon message, et notez que je ne dis pas « Untel ceci-cela » mais bien davantage « SI le récit est juste, ALORS il décrit les infractions suivantes ». Cela afin d’argumenter mon propos (je vous conseille de faire de même).

        Notez aussi qu’il n’y a pas besoin d’être juge pour associer, comme je le fais, la description d’événement à une infraction.

        Ainsi, si vous entendez untel dire : « un véhicule est passé au feu rouge », ne voyez nulle malice en celui qui dira « S’il est passé au feu rouge, c’est une infraction au code de la route », et ne vous étonnez pas si personne d’autre que vous ne crie à la diffamation, ou ne demande au second quidam ses créances de « juge du tribunal » !

    2. l’article R machin ne changera rien au fait que des deux crétins impliqués dans cette histoire il y a en un des 2 qui n’a pas la cervelle assez grosse pour se rendre compte que celui qui y a le plus a perdre c’est lui. C’est sur que si il avait eu un 38 t en face la il aurait pas fait le malin et se serai sagement serré.
      Un jour ou l’autre il va bien falloir, puisque vous aimez tant les codes, comprendre qu’il s’appliquent aussi aux cyclistes et que l’animosité des automobilistes prend aussi sa source fasse aux innombrables incivilités des cyclistes

      1. Dommage vous avez effacé votre précédent commentaire ou vous rejetiez la faute sur le cycliste, compte tenu de votre méconnaissance du code de la route et des double sens cyclable.
        Que ce soit en bis, en camion, en auto, en scooter, en moto, en site car, en quad, il est interdit de circuler sur une piste cyclable même si elle est vide, qu’elle aille dans votre sens ou en sens inverse.
        Pas besoin de débattre d’avantage, le fautif c’est l’automobiliste puisque qu’il empiètait dessus.
        Le cycliste aurait pu se ranger, peut être, peut-être ne pouvait il pas parce qu’un véhicule dépassait d’avantage sur sa droite. Sûrement à t’il compté sur le fait que l’automobiliste se range comme il l’aurait fait sur une route étroite face à une autre voiture.
        Mais non, il s’est dit que le vélo bougerait puisqu’il avait plus à perdre face à 1,5 tonnes de taule. Mais pas de bol, il a oublié que l’appendice e

      2. Cher M. Dex, vous tenez un discours bien incohérent.

        D’abord vous vous plaignez de l’insistance d’un cycliste à ce que le code de la route soit respecté, regrettant qu’il fasse « le malin », et manifestez par là-même une grande animosité envers le code de la route et ceux qui veulent le voir appliqué.

        Puis vous semblez soudainement trouver que finalement le code de la route devrait en fait être appliqué, et faites même référence à une mystérieuse personne qui souhaite que celui-ci ne s’applique pas aux cyclistes. Qui est cette personne ? Vous devriez envoyer son contact au « cycliste militant » désigné dans l’article, ou à moi-même, je suis sûr qu’il nous sera facile de la convaincre du contraire.

        Ensuite, vous parlez de l’agressivité des automobilistes. De quoi parlez vous ? On dirait que vous insinuez que bien des automobilistes sont agressifs et dangereux (et vous avez raison sur ce point, il suffit de voir les milliers de morts et dizaines de milliers de blessé en France). Mais que cela est dû aux « incivilités des cyclistes ».

        L’incivilité prétendue (avez-vous des sources autres que ‘au pif’) est-elle une excuse pour faire n’importe quoi sur la route ? Il faudrait tout pardonner aux automobilistes qui se garent n’importe comment, en double-file, sur les passages piétons, au milieu de la route, grillent des feux rouges, stop, font des excès de vitesse, etc. au prix de milliers de vies par années, et l’excuser sous prétexte que ce serait la faute des cyclistes ? C’est totalement irréaliste.

        Pour ma part, je serais plutôt pour une sévérité accrue envers tous les usagers de la route (automobile, moto, cycles, piétons). Essayer de trouver des excuses comme vous le faites me paraît être une impasse.

  2. Ca va la mauvaise foi et le titre racoleur?
    Si on lit le récit on apprend que c’est l’automobiliste qui n’a pas respecté la piste cyclable venant en sens inverse.
    Le cycliste a tapé le rétroviseur parce que la voiture ne s’est pas rangée comme elle aurait du ke faire. Le conducteur se paiera un rétro er ne s’en prendra qu’a lui même.

    1. Non seulement vous êtes d’une mauvaise foi évidente mais dans délit de fuite il y a délit et j’espere bien que l’automobiliste non seulement va déposer plainte mais utiliser les information donné par ce délinquant pour le faire condamner

      1. Juste comme ça… Les photos sont des photos pour situer l’endroit c’est en rien les photos du moment où les faits se sont produits. Rien ne gênait sur la voie du cycliste, c’est bien l’automobiliste qui empiétez bien sur la PC…

      2. Les images sont des images de Googlemaps montrant l’endroit de l’incident.
        On y voit le DSC (double sens cyclable). Le cycliste raconte qu’il circulait dessus et il en avait le droit dixit les images.
        Le bon sens, le savoir vivre, l’intelligence, la logique est donc de ne pas rouler dessus, encore moins quand il y a un cycliste qui l’empreinte, juste pour eviter de blesser ou tuer un de ses congénères.
        L’automobiliste a joué au malin ou, comme vous semble t’il ne connait pas le code de la route.
        Il est vrai que beaucoup de gens deviennent idiots des lors qu’ils ont un volant entre les mains.

      3. Chez Jean Dex, attention à ce que vous postez ! Le cycliste pourrait très bien porter plainte contre le délinquant que vous êtes ! (Article 29 de la loi du 29 juillet 1881).

    2. D’après le récit, le cycliste ne ‘tape’ pas : c’est bien l’automobiliste qui, faute de respecter l’article R412-9, cause l’accident. Du coup, le cycliste n’est pas tenu de rester expliquer le code de la route au fautif s’il ne le souhaite pas (pas de dommage sur son véhicule par exemple).

      1. Je suis tout a fait d’accord, il n’a pas tapé volontairement.
        Il suffit de lire le récit pour comprendre que l’article est clairement orienté et tente de faire passer l’automobiliste en tord pour la victime.

        1. J’ai bien compris, c’est juste que quitte à ce que quelqu’un joue avec le sens de votre phrase, je préfère que cela soit dans le bon sens, et ne serve pas à faire passer le fâcheux inconséquent pour la victime 😉

Les commentaires sont fermés.

Soutenez VOS idées

« Bien informés, les hommes sont des citoyens. Mal informés, ils deviennent des sujets. » Alfred Sauvy

VITE !
Le temps presse...

Réalités Routières est le seul média spécialisé engagé qui présente les réalités de la route sous leur vrai jour : interdictions, taxes, contre-vérités pseudo scientifiques… En 8 ans d’existence, nous avons plusieurs millions de visiteurs uniques et une très  large communauté.

Notre petite équipe bénévole a besoin de vous : nous avons des frais matériels, juridiques, d’hébergement.

Êtes-vous prêt à soutenir vos idées ?