Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’amélioration extraordinaire de la qualité de l’air en France depuis 100 ans

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Nous en parlions dans notre étude sur les ZFE, la qualité de l’air n’a jamais été aussi bonne en France.

Un peu d’histoire…

Au cours de la première moitié du XXe siècle, les effets de la révolution industrielle ont commencé à se manifester sur la qualité de l’air, entraînant des conséquences notables pour la santé. À cette période, bien que les impacts globaux n’aient pas été systématiquement documentés, des incidents spécifiques ont été enregistrés. De la Meuse en 1915, à Donora (États-Unis) en 1948, en passant par Londres (Royaume-Uni) en 1952, les catastrophes liées à la pollution ont augmenté.

En particulier, Londres a été témoin de deux graves smogs en décembre 1952 et en 1956, des brouillards pollués si denses qu’ils paralysaient le trafic. Ces incidents ont entraîné la mort de dizaines de milliers de personnes, principalement en raison d’empoisonnements. C’est après ces tragédies que la société et les autorités ont pris conscience de la menace sanitaire de la pollution atmosphérique, conduisant à des études plus approfondies dans les années 50 et 60.

Et aujourd’hui ?

Selon les recherches du CITEPA, les niveaux les plus élevés de divers polluants tels que le dioxyde de soufre, l’oxyde d’azote, les particules en suspension, le monoxyde de carbone et les métaux ont été enregistrés en France entre les années 60 et 90. Les émissions ont nettement diminué au fil des décennies. Par exemple, les émissions de NOx ont chuté de 42% et leur concentration a baissé de 28% de 2000 à 2014. De même, la concentration de particules fines, les PM 2,5, a diminué en moyenne de 50% en France entre 2009 et 2019, comme l’indiquent les données de l’INERIS.




Pourquoi la voiture individuelle est la mauvaise cible (et les ZFE un mauvais outil)

Le secteur du transport routier ne représente que 12 à 56% des polluants de l'air en France, selon le type de polluant :

  • NOx (oxyde d’azote) : 56%
  • PM10 (particules de 10 micromètres) : 12%
  • PM 2,5 (particules de 2,5 micromètres) : 15%
  • GES (dont CO2 ou dioxyde de carbone) 28%

Et cela n'est qu'une estimation. En effet, cela dépend énormément des autres activités dans l'agglomération concernée, mais également des activités en France et à l'étranger.

Les seules agglomérations ou métropoles n’ont pas la maîtrise de la qualité de leur air, sur la journée du 2 mars 2023 à Paris, il y avait 54,99 µg/m3 de PM10, dont 6,15 µg/m3 provenaient de Paris même (11,1%), 4,34 µg/m3 (8%) du reste de la France, soit un total de 10,49 µg/m3 pour toute la France, mais et 17,27 µg/m3 en provenance d’Allemagne ou 11,19 de Belgique. Centrales à charbon, industries… Les causes sont nombreuses.

Ceci explique probablement pourquoi les bilans des ZFE à l’étranger sont si discutés. En prenant l’exemple allemand («Umweltzone»), une méta-analyse me par exemplet en évidence une diminution de
seulement 5% à 7% des particules fines
ou NOx dans l’air.

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soutenez VOS idées

« Bien informés, les hommes sont des citoyens. Mal informés, ils deviennent des sujets. » Alfred Sauvy

Tous les dons sont défiscalisables ! Un don de 100€ ne vous coûtera que 33€ et nous aidera à écrire notre prochaine étude.

Réalités Routières est le seul observatoire spécialisé qui présente les réalités de la route sous leur vrai jour : interdictions, taxes, contre-vérités pseudo scientifiques… En 8 ans d’existence, nous avons plusieurs millions de visiteurs uniques et une très  large communauté.

Notre petite équipe bénévole a besoin de vous : nous avons des frais matériels, juridiques, d’hébergement.

Êtes-vous prêt à soutenir vos idées ?

LETTRE D'INFORMATION
Ne ratez pas nos dernières études !

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information de l’association. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la lettre,  conformément à la politique de confidentialité.

OU
Soutenez vos idées
Donner, c’est soutenir vos idées. La route est un sujet trop sérieux pour être laissé au politique. Et la mobilité est essentielle pour le lien social et l’activité économique.
 
Donner c’est aussi réduire vos impôts ! Votre don de 100 €, ne vous coûte que 34  après réduction d’impôts sur le revenu de 66% (cf. art. 200 CGI)