Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le nouveau système de carte grise en ligne ne prend pas les anciennes immatriculations

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram

Claude Romand a découvert à ses dépens que le système de déclaration de cession des véhicules sur internet ne fonctionnait pas pour les voitures anciennes.

[…] « On a fait une déclaration papier qui ne sert à rien parce que moi il fallait que je remonte en Savoie. Désormais, ce document se fait sur internet », explique Claude Romand.

Du coup après son départ, le vendeur, qui est censé faire la déclaration de cession, a retenté l’opération à moult reprises multipliant les allers-retours à la préfecture. Jusqu’au jour, où on lui a expliqué que le site internet ne fonctionnait pas pour les anciennes immatriculations. Heureusement, il a trouvé une personne complaisante en préfecture pour accepter la version papier du formulaire.

Sauf que l’affaire n’est pas terminée. Car, pour faire sa carte grise (sur internet puisque c’est désormais obligatoire), Claude Romand a besoin d’un numéro octroyé lors de la déclaration de cession en ligne, que finalement le vendeur n’a pas et ne peut lui fournir. Et c’est là que tout se complique. « Moi je n’ai personne de complaisant sur Albertville, déplore le nouveau propriétaire de la Ford. J’ai demandé quelqu’un de responsable. La dame qui est au guichet à la sous-préfecture m’a dit qu’il n’y avait plus personne ». Il a quand même laissé ses coordonnées téléphoniques et demandé que le sous-préfet lui accorde un rendez-vous. Mais pas de nouvelle depuis, c’était le 10 novembre.

La solution préconisée par la sous-préfecture est simple : passer par un garage. « Moyennant 30 euros en plus du prix de la carte grise, ils font les démarches à ma place ». Une somme que l’Albertvillois n’est pas prêt à payer. « Je me suis rendu compte que je n’étais pas le seul dans ce cas. Mais les gens subissent sans rien dire ». […]. Faute d’interlocuteur, Claude Roman a décidé de faire appel au défenseur des droits.

Lire la suite sur La Savoie

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram

Une réponse

  1. On nous dit dans l’oreillette que la société chargée d’élaborer le site de
    l’ANTS serait aussi celle qui avait créé le logiciel LOUVOIS, destiné à
    gérer les soldes de l’Armée … (?)

Soutenez VOS idées

« Bien informés, les hommes sont des citoyens. Mal informés, ils deviennent des sujets. » Alfred Sauvy

Tous les dons sont défiscalisables ! Un don de 100€ ne vous coûtera que 33€ et nous aidera à écrire notre prochaine étude.

Réalités Routières est le seul observatoire spécialisé qui présente les réalités de la route sous leur vrai jour : interdictions, taxes, contre-vérités pseudo scientifiques… En 8 ans d’existence, nous avons plusieurs millions de visiteurs uniques et une très  large communauté.

Notre petite équipe bénévole a besoin de vous : nous avons des frais matériels, juridiques, d’hébergement.

Êtes-vous prêt à soutenir vos idées ?

LETTRE D'INFORMATION
Ne ratez pas nos dernières études !

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information de l’association. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la lettre,  conformément à la politique de confidentialité.

OU
Soutenez vos idées
Donner, c’est soutenir vos idées. La route est un sujet trop sérieux pour être laissé au politique. Et la mobilité est essentielle pour le lien social et l’activité économique.
 
Donner c’est aussi réduire vos impôts ! Votre don de 100 €, ne vous coûte que 34  après réduction d’impôts sur le revenu de 66% (cf. art. 200 CGI)

Merci !

Vous êtes bien inscrit(e) à notre lettre d’information ! 

Vous pouvez continuer la lecture sur notre site internet.

Réalités Routières est le seul observatoire spécialisé qui présente les réalités de la route sous leur vrai jour : interdictions, taxes, contre-vérités pseudo scientifiques… En 10 ans d’existence, nous avons plusieurs millions de visiteurs uniques et une très  large communauté.