Paris : les policiers dénoncent le nouveau système de verbalisation (200 policiers verbalisés en 2 semaines)

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram

Ce nouveau système peut intervenir y compris lorsque les policiers sont en intervention.

Le bras de fer se poursuit entre le syndicat de police Alliance, majoritaire chez les gardiens de la paix, et la mairie de Paris. Une centaine de policiers se sont rassemblés devant l’hôtel de Ville à Paris en fin de matinée à l’appel du syndicat Alliance alors qu’une délégation était reçue par Colombe Brossel, l’adjointe à la maire de Paris, chargée des questions de sécurité.

A l’origine de la polémique, le nouveau système de verbalisation des automobilistes utilisé depuis le 1er janvier par la mairie. Des sociétés privées sont chargées de contrôler le stationnement à l’aide notamment de « voitures flasheuses ». Un dispositif qui n’épargne pas les policiers qui n’auraient pas payé le stationnement, ou tout simplement mal garés. Cette verbalisation peut intervenir y compris lorsque les policiers sont en intervention.

Environ 200 policiers verbalisés depuis le début du mois

« Nous réclamons des solutions. Les policiers n’ont souvent pas d’autres choix que de prendre leur véhicule personnel compte tenu de leur cycle de travail très particulier », explique Yvan Assioma, le secrétaire régional Paris pour le syndicat Alliance. Selon nos informations, environ 200 policiers auraient été verbalisés depuis le mois de janvier.

Le Parisien

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram

Soutenez VOS idées

« Bien informés, les hommes sont des citoyens. Mal informés, ils deviennent des sujets. » Alfred Sauvy

VITE !
Le temps presse...

Réalités Routières est le seul média spécialisé engagé qui présente les réalités de la route sous leur vrai jour : interdictions, taxes, contre-vérités pseudo scientifiques… En 8 ans d’existence, nous avons plusieurs millions de visiteurs uniques et une très  large communauté.

Notre petite équipe bénévole a besoin de vous : nous avons des frais matériels, juridiques, d’hébergement.

Êtes-vous prêt à soutenir vos idées ?