25 millions de flashs en France en 2016 (+26,3%), un radar a flashé plus de 400 000 fois !

Les flashs des radars automatiques sont en forte augmentation en 2016 par rapport à 2015 (25,6 millions : +26,3%). Suite aux contrôles effectués pour chaque photo, 16 millions d’avis de contraventions (+20,6%) ont été envoyés. (ndlr: cela signifie qu’environ 10 millions de photos ne finissent pas en contravention : plaque étrangère ou illisible, vitesse respectée mais véhicule tout de même flashé etc.)

Cette hausse des avis de contraventions est essentiellement liée à l’activité des radars autonomes (181 radars de chantier), à l’augmentation des radars double-sens (+400) et des voitures-radars (+124 voitures). Elle s’explique aussi par la forte hausse (+40,5%) des contraventions envoyées aux propriétaires des véhicules immatriculés à l’étranger flashés sur notre territoire, 12 pays fournissant désormais à la France les informations nécessaires.

L’augmentation des contraventions a logiquement entraîné celle des recettes liées aux amendes, pour partie en provenance de l’étranger. Les 920 millions € de recette. (dont une grande partie sert à alimenter le budget général de l’État, ndlr)

Pour mémoire, 80% des permis à points ont un solde de points égal à 12.

Les radars de chantier ont flashé 3,5 millions de fois en 2016.

Le taux de disponibilité moyen des 4 398 équipements en service en 2016 est en augmentation de 0,2% par rapport à 2015, soit de 92,5%.

En 2016, les excès de vitesse supérieurs à 20 km/h représentent 6% des infractions à la vitesse relevées par le contrôle automatisé. À noter que cette part des infractions à la vitesse (excès supérieurs à 20 km/h) est de 5,9% pour les radars fixes. (ndlr 94% des infractions sont pour un excès de vitesse inférieur à 20 km/h !)

12 « partenariats » avec des pays de l’UE qui rapportent !

Le nombre d’avis de contravention envoyés à l’étranger atteint 2,86 millions (+40,5% par rapport à 2015). Cette hausse s’explique par le démarrage de nouveaux échanges transfrontaliers d’informations courant 2015 (Espagne, Roumanie et Pologne) et début 2016 (Italie et extension des échanges avec le Luxembourg) portant à 9 le nombre de pays partenaires. En 2017, la Hongrie, la Slovaquie et la République Tchèque portent à 12 le nombre de pays partenaires.

Belgique : 446 000 flashs, Espagne 406 000, Allemagne 386 000.

Ainsi, on peut estimer les recettes venant de ces partenariats à au moins 90 millions d’euros par an.

Les 10 meilleurs radars ont flashé plus de 90 000 fois !

Ils flashent ainsi près de 250 fois par jour !

Au-delà de ces dix radars fixes, des radars autonomes présentent également une forte activité.

Ainsi, parmi tous les dispositifs en service (fixe, mobile, autonome), le système qui a détecté le plus d’infractions en 2016 est un radar autonome, déplacé 5 fois aux abords du chantier du doublement de l’autoroute A9, à proximité de Montpellier. Ce radar a totalisé 411 352 flashs en un an.

Peu de contestations

Le taux de contestation des avis de contravention établis à la suite d’une infraction à la vitesse atteint 1,4%, stable par rapport à 2015. Le taux de contestation des avis de contravention, établis à la suite d’une infraction au feu rouge, atteint 3,6%, résultat stable par rapport à 2015.

L’essentiel : des recettes en hausse !

L’augmentation du nombre des contraventions a logiquement engendré une augmentation des recettes, pour une partie en provenance de l’étranger (les avis de contravention envoyés à l’étranger représentent 14,7% de la totalité des avis de contravention envoyés en 2016 et la part de l’augmentation des recettes issues de l’étranger dans l’augmentation des recettes totales est de 43,2%).

NDLR: le lecteur attentif notera que dans ce bilan, aucune mention n’est faite à la possibilité que les radars aient pu influencer positivement la sécurité routière. Aucune étude d’impact n’a été faite.

Communiqué de presse de la Sécurité Routière

 

One Comment

  • Répondre
    1 août 2017

    « 10 millions de photos ne finissent pas en contravention ». Puisqu’il me semble qu’elles doivent toutes être traitées manuellement, peut-être qu’ils n’ont tout simplement pas les effectifs pour contrôler autant de photos. 16 millions envoyés, cela fait quand même une moyenne d’environs 49 000 par jour… C’est énorme.