300 cross bitume défient la police en toute impunité

Les 300 jeunes qui ont eu ce genre de comportements ont été accompagnés en impunité par les policiers qui n’ont pu les verbaliser, officiellement « faute de moyens humains », mais plus certainement sur ordres reçus.

 

Les agents n’ont pas pu interpeller ni verbaliser les participants à ce rodéo géant et les ont encadrés

Scènes impressionnantes dimanche après-midi, vers 14h30, sur la Francilienne, en direction de Melun. Près de 300 jeunes partis de Grigny ont investi la route pour un rodéo géant. Beaucoup avaient les plaques d’immatriculation manquantes ou cachées et improvisaient des figures aux guidons de leurs scooters ou mini-motos. Le groupe a parcouru une dizaine de kilomètres sur la N 104 avant de s’arrêter au niveau de la station BP à Saint-Germain-lès-Corbeil, où ils ont continué à faire vrombir leurs moteurs et à, notamment, rouler sur la roue arrière.

 

« Surveillance policière et impunité »

Alertées, des patrouilles de police, en sous-nombre, sont arrivées sans pouvoir intervenir. « Ils sont repartis sans être inquiétés sous surveillance policière », explique-t-on du côté de la direction départementale de la sécurité publique.

 

Les agents ont en effet encadré les jeunes pour qu’ils reprennent la route sans se mettre en danger ni mettre en danger les autres usagers de la nationale, nombreux sur cet axe en ce week-end de départs en vacances. Les fonctionnaires n’ont procédé à aucune interpellation ni à aucune verbalisation. Vers 16 heures, le calme était revenu sur la Francilienne.

 

Source et photo Le Parisien

No Comments