Quand le bonus/ malus automobile vire au malus/malus

Une quatrième augmentation du malus automobile depuis 2012 est à l’étude ( A ce stade le bonus ne concerne plus que quelques rares véhicules qualifiés de vertueux). L’exécutif envisage en effet de revoir les seuils d’émission de CO2 à partir desquels une taxe spécifique est prélevée sur l’achat d’un véhicule neuf. Un nouveau seuil à 95 g de CO2 par kilomètre parcouru pourrait par ailleurs être créé.

 

Dans l’urgence à renflouer les caisses, l’Etat ne néglige actuellement aucune piste. Et l’une d’entre elles toucherait au portefeuille des automobilistes éternelles vache à lait de l’Etat français.

 

Seuil du malus automobile une nouvelle fois abaissé

Aujourd’hui, le malus est limité aux véhicules émettant le plus de CO2 (une mesure bien éloignée de l’émission de polluants réels comme les NOx ou les particules fines)  : A partir de 127 g de CO2 par kilomètre parcouru (gCO2/km), vous devez payer 50 €, puis la somme augmente gramme par gramme en fonction du taux d’émission, jusqu’à un plafond de 10 000 € pour les véhicules émettant 191 g et plus. Le gouvernement envisage d’abaisser ce seuil à partir duquel s’appliquerait l’actuel malus à 122 gCO2/km. De plus, il veut mettre en place un second malus qui, lui, toucherait tous les véhicules émettant entre 95 gCO2/km et 122 gCO2/km. Pour un véhicule neuf, ce nouveau malus renchérirait le prix d’achat moyen de plusieurs dizaines à plusieurs centaines d’euros selon les catégories.

S’il voit le jour, le projet du gouvernement reviendrait de fait à taxer pratiquement tous les automobilistes français comme au bon vieux temps de la vignette dont nos petits vieux n’ont jamais vu la couleur !

vignette ancêtre du malus automobile

La fameuse vignette auto: Taxe annuelle sur la mise en circulation d’une automobile

 

Source Le Parisien

No Comments