« Ces gros cons d’automobilistes » : quand Charb justifiait la répression (Charlie Hebdo, 2011)

 » Gros cons d’automobilistes « : Charb, dessinateur chez Charlie Hebdo, assassiné le 7 janvier 2014 à Paris pour des caricatures, s’exprimait en ces termes en 2011 sur la sécurité routière. Il y justifiait la répression, les sanctions automatisées et les sanctions préventives (sanction avant que le dommage ait lieu : accident corporel ou matériel). Bref, tout le contraire  de la liberté. Le slogan il est interdit d’interdire ne s’applique donc pas partout. (voir aussi les caricatures de Charlie Hebdo sur l’automobile réalisées à la demande de lobbies autophobes)

Voici l’article en question :

Rappelons qu’il y a 40 millions d’automobilistes, mais beaucoup moins d’électeurs de droite (UMP, UDI et FN confondus). Par ailleurs, c’est bien N. Sarkozy (UMP), alors ministre de l’intérieur sous Chirac, qui a lancé la répression automatisée et la « tolérance zéro » envers les conducteurs. L’article est néanmoins quelque peu ambigüe : s’agit-il de tous les automobilistes ? Ou seulement ceux qui voteraient UMP ?

On note ici une chose importante dans la démarche intellectuelle et argumentative de l’auteur : l’absence de questionnement sur les limitations de vitesse (pourquoi ont elles été fixées ? par qui ? dans quel but ? pourquoi sur une même route la limitation peut être augmentée ?)

Nous passons sur le fort mépris qu’à Charb sur les automobilistes et manque de compréhension vis-à-vis de ceux qui ont besoin quotidiennement de leur véhicule (professionnels, familles, personnes âgées…)

radars pédagogiques pour gros cons d'automobilistes

Charb donne son avis sur l’utilité des radars pédagogiques

 

Et puis, pour vérifier qu’il ne dépasse pas la vitesse limite, les gros cons d’automobilistes disposent également, intégré au tableau de bord de sa voiture, d’un compteur (non, ce n’est pas une option, toutes les voitures sont livrées avec) qui lui indique à quelle vitesse il roule. Ce compteur non plus n’est, semble-t-il, pas pédagogique. Bref, les gros cons d’automobilistes connaissent les règles de la conduite et disposent de tous les instruments pour les respecter. Tous, sauf un: un cerveau en état de marche.

Jamais, par exemple, il n’y aura apposé devant une boulangerie, une pharmacie ou tout autre commerce un panneau rappelant qu’il est interdit de dévaliser la boutique. Le gros con d’automobiliste ne sait rien de tout ça. Il lui faut un pense-bête, une antisèche, un panneau pédagogique, qui lui rappelle qu’il a 3 ans d’âge mental.
En quarante ans, le nombre de morts sur les a été divisé par deux. Est-ce une bonne chose?
Non. Un gros con d’automobiliste qui meurt dans un accident de voiture, ça fait une voix en moins pour un gros con de député UMP.

Pour lui, la loi est la loi, peu importe qu’elle soit légitime ou non, acceptée par la société ou non. L’interdiction des braquages est en très large majorité acceptée par la société. La répression routière est elle désavouée par une majorité de Français (voir aussi nos sondages sur la sécurité routière).

Il associe implicitement limitation de vitesse et sécurité routière. On sait désormais que les facteurs de mortalité sur la route sont essentiellement techniques et ne sont pas liés aux limitations de vitesse (voir également notre dossier sur le progrès technique et la sécurité routière).

On notera enfin que l’automobiliste est en permanence associé à « gros con », cette figure stylistique permet de faire passer le message « tous les automobilistes sont des gros cons ». Assez peu tolérant et très stigmatisant…

gros cons d'automobilistes en 4x4

Charlie Hebdo a visiblement peur des SUV. Pourquoi tant de haine ?

 

gros cons d'automobilistes et permis à points

Charlie Hebdo n’est pas satisfait du trafic de points en France, conséquence directe de la répression aveugle des autorités.

 

Source de l’article

Comments are closed.