80 km/h : les préfets ont déjà reçu des fiches pour défendre la mesure rejetée par les Français

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

La proposition d’abaisser la vitesse maximale à 80 km/h sur certaines routes secondaires devait être tranchée en janvier, selon le discours officiel. Mais les préfets ont d’ores et déjà reçu des consignes soulignant « l’impact positif » de cette mesure.

Une décision doit être prise en janvier concernant l’abaissement de la vitesse maximale à 80 km/h sur certaines (sic) routes secondaires (la moitié environ, ndlr). Pourtant, la Sécurité routière a déjà envoyé aux préfets une note dans laquelle sont détaillés des arguments en faveur de cette mesure controversée, selon un document publié sur le site moto-net.com. (Dans ce document, on lit notamment que la vitesse inadaptée aux circonstances est impliquée, mais pas forcément responsable, dans seulement 32% des accidents, ndlr)

Selon Le Parisien, l’argumentaire a été transmis aux préfets la semaine dernière.

Le document, dont la Sécurité routière a confirmé ce jeudi l’authenticité, rappelle que la France est confrontée à une hausse ininterrompue de la mortalité routière qui s’est accrue de 3,5 % en 2014, de 2,3 % en 2015 « avant de se stabiliser en 2016 (+0,5%) ».

[…]

Il faudrait « environ six mois » pour mettre en place cette nouvelle vma, souligne l’argumentaire, et « environ 400 000 kilomètres » de routes seraient concernés.

Le projet est fortement controversé. Le Premier ministre Edouard Philippe s’y est dit favorable « à titre personnel ». Une décision devrait être prise lors du Comité interministériel de la sécurité routière qui se tiendra « probablement le 18 » janvier.

 

Le Dauphiné

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Soutenez VOS idées

« Bien informés, les hommes sont des citoyens. Mal informés, ils deviennent des sujets. » Alfred Sauvy

VITE !
Le temps presse...

Réalités Routières est le seul média spécialisé engagé qui présente les réalités de la route sous leur vrai jour : interdictions, taxes, contre-vérités pseudo scientifiques… En 8 ans d’existence, nous avons plusieurs millions de visiteurs uniques et une très  large communauté.

Notre petite équipe bénévole a besoin de vous : nous avons des frais matériels, juridiques, d’hébergement.

Êtes-vous prêt à soutenir vos idées ?