Côte d’Ivoire, Algérie : les radars s’exportent

Nos radars embarqués GATSO MILLIA ne sont pas unique au monde… Depuis plusieurs mois, vous pouvez également les rencontrer sur les routes algériennes. Mais en y regardant de plus près, un petit détail du modèle utilisé là-bas a attiré notre attention.
Comme vous pouvez le voir, leur tablette permet de définir une limitation de vitesse différente pour les voitures et les camions.
Une capacité du radar qui n’est pas (encore) utilisé en France. (lire sur Facebook)

Voici un des 10 nouveaux radars sur les routes ivoiriennes :

L’autoroute de Grand-Bassam dispose d’un radar fixe automatique. C’est le premier outil du genre installé sur le réseau routier ivoirien, en vue d’engager un corps-à-corps contre les excès de vitesse et par conséquent les accidents de la route. Le dispositif installé au point de la localité d’Anani a été présenté ce vendredi aux ministres Amadou Koné et Amédée Kouakou, respectivement en charge des transports et des infrastructures économiques. Le radar fixe automatique a l’avantage d’éliminer les suspicion et les contestations des usagers flashés en cas d’excès de vitesse vu qu’il «permet de controler les vitesses sans l’intervention humaine», selon les propos du Directeur général de l’Office de sécurité routière (OSER), Dr Echui Aka Désiré. Le matériel, alimenté à l’énergie solaire, est composé d’une caméra fixe qui de jour comme de nuit enregistre tous les mouvements d’engins roulants sur la voie avec une capacité de 50 000 images.

Lu via Radars-Auto.com, lire la suite sur Acturouteinfo

Merci à Jonathan

Partagez