Les innovations technologiques à venir pour vos solutions de transport routier

Les innovations technologiques à venir pour vos solutions de transport routier

Comme pour d’autres secteurs d’activité, le transport routier est en évolution constante. Les innovations technologiques doivent s’accorder avec de nombreuses contraintes. Transition énergétique, interconnexion des moyens de mobilité, optimisation des flux de transit… Autant de points qui permettent de mieux appréhender les tendances à venir. Quelles sont les solutions d’avenir à envisager en matière de technologies et de moyens de mobilité ?

Platooning, communication V2V, V2I : l’avènement du camion connecté

Le développement des NTIC (nouvelles technologies de l’information et des communications) et la transformation digitale des infrastructures professionnelles ont déjà été amorcés depuis plusieurs années. Cela vaut notamment pour le déploiement de solutions numériques spécialisées. Par exemple, les logiciels TMS (Transport Management System), pour les entreprises de transport et logistique qui disposent de leur propre flotte de poids lourds d’occasion ou neufs. À court terme, les véhicules vont gagner en interactivité avec leur environnement, l’écosystème digital interne à leur structure de rattachement, et vis-à-vis des autres usagers de la route.

La communication de type V2V (Vehicle to Vehicle) sera en mesure de transmettre de nombreuses données, telles que la vitesse moyenne ou la localisation en temps réel. L’objectif est de réduire les délais de livraison, tout en optimisant les coûts afférents. Dans une optique similaire, le concept de platooning permet l’organisation de convois rapprochés, tout en considérant les trajets les plus économiques. Quant à la communication V2I (Vehicle to Infrastructure), elle est essentielle pour juger de la qualité du trafic, des possibilités de déviation, et des solutions de stationnement.

Quels carburants pour l’avenir du transport routier ?

Avec des ressources naturelles qui se raréfient et une croissance constante des flux routiers, il est indispensable de se détourner progressivement des énergies fossiles. Pour le transport routier, la transition énergétique et écologique passe par la démocratisation de nouveaux carburants. Dans ce domaine, on distingue plusieurs pistes d’exploitations pertinentes :
• le carburant ED95 : il se compose de 90 % d’éthanol, et est dédié aux poids lourds et à certains transports en commun, notamment les autobus ;
• le GNV ou gaz naturel pour véhicules : il se démarque par des prix stables, des émissions polluantes réduites, et une amélioration de l’autonomie ;
• les biocarburants tels que l’Oleo 100 à base d’huile de colza ;
• le moteur à hydrogène associé à une pile à combustible…

En ce qui concerne les poids lourds électriques, le concept est encore à l’étude. L’autonomie et la durée de vie des batteries électriques sont en constante évolution. La multiplication des bornes de recharge sur l’ensemble des territoires, et le développement de l’offre dédiée aux voitures de tourisme devraient encourager cette dynamique sur le moyen ou long terme.

Le télédiagnostic pour mieux gérer sa flotte de véhicules professionnels

Anticiper l’entretien de chaque véhicule, éviter les pannes et les retards de livraison, prendre soin des moteurs et des équipements… Qu’ils soient vendus neufs ou d’occasion, les poids lourds demeurent un investissement lourd pour une entreprise. Cela vaut également pour leur entretien.

Déployées depuis les années 2000, les solutions de télédiagnostic permettent d’améliorer la gestion et la maintenance des flottes professionnelles. Essentiel pour moduler les flux de son activité selon la disponibilité de son parc, et réduire les coûts liés à l’immobilisation. En cas d’urgence, il sera possible de localiser un garage ou une concession à proximité, pour une prise en charge immédiate.

La conduite autonome pour les poids lourds : une (r)évolution pour demain ?

Au vu des précédentes technologies évoquées, le secteur du transport routier se prépare à amorcer une véritable révolution dans le domaine des moyens de mobilité. La conduite autonome est envisagée pour rationaliser le trafic à l’échelle locale, nationale et mondiale. Le déploiement d’infrastructures numériques interconnectées avec un embarquement électronique toujours plus dense tend à imposer cette possibilité pour la décennie suivante.

L’objectif est de minimiser les coûts de fonctionnement de son activité, notamment en ce qui concerne la masse salariale. Afin de veiller à des conditions de circulation parfaitement sécurisées, il y a une volonté réelle de réduire les erreurs humaines, les comportements à risque et, par conséquent, les accidents. Comme évoqué précédemment, le principe de platooning et de convois semi-autonomes constitue une étape préliminaire à cet objectif de grande envergure.

Partagez

Soutenez Réalités Routière, nous avons besoin de vous !

Soutenez Réalités Routières en faisant vos achats sur Amazon !

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez