Le pape François demande aux forces de l’ordre de l’indulgence avec les automobilistes

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Lors d’une réunion avec la police routière en Italie, le pape François a demandé aux forces de l’ordre de faire preuve d’indulgence avec les automobilistes qui enfreignent les règles du code de la route.

Comprendre plutôt que sanctionner

« La miséricorde n’est pas un signe de faiblesse » et « l’usage de la force ne doit pas dégénérer en violence« , a-t-il déclaré, ajoutant que les policiers et gendarmes devaient chercher à comprendre les raisons qui ont poussé à commettre une infraction.

Un message étonnant en termes de sécurité routière de la part du pape François qui s’est récemment vu offrir une Lamborghini Huracán aux couleurs du Vatican. Mais pas de raison pour le souverain pontife de préparer le terrain avec les forces de l’ordre, puisque la supercar n’est pas destinée à remplacer la papamobile: elle sera mise aux enchères au profit d’associations.

La vitesse et le téléphone au volant dénoncés

Le pape n’est ainsi pas prêt à tout pardonner. Il a ainsi mis en cause « la vitesse et une compétitivité devenue un style de vie, qui fait des autres conducteurs des obstacles ou des adversaires à battre, transformant les routes en pistes de Formule 1 et l’arrêt aux feux rouges en ligne de départ d’un grand prix« , relève La Croix.

« L’usage impropre des téléphones portables« , qui serait en cause dans trois accidents de la route sur quatre en Italie, a également été dénoncé.

Source

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Soutenez VOS idées

« Bien informés, les hommes sont des citoyens. Mal informés, ils deviennent des sujets. » Alfred Sauvy

VITE !
Le temps presse...

Réalités Routières est le seul média spécialisé engagé qui présente les réalités de la route sous leur vrai jour : interdictions, taxes, contre-vérités pseudo scientifiques… En 8 ans d’existence, nous avons plusieurs millions de visiteurs uniques et une très  large communauté.

Notre petite équipe bénévole a besoin de vous : nous avons des frais matériels, juridiques, d’hébergement.

Êtes-vous prêt à soutenir vos idées ?