Paris : le calendrier des mesures « anti-voitures » d’Hidalgo

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Première étape : au 1er janvier 2018, la mairie de Paris va récupérer l’autorité sur le stationnement.

C’est une politique largement assumée par la maire de Paris, et qui lui vaut bien des critiques : elle veut réduire rapidement la place de la voiture dans la capitale.Et pour celà, elle ne manque pas de projets qui font grincer bien des dents.

A l’occasion du plan climat discuté ce lundi en conseil de Paris, ces mesures ont été réaffirmées. Voici ce qui attend les automobilistes dans les années à venir.

Le stationnement plus cher et mieux contrôlé.

Au 1er janvier 2018, la mairie de Paris va récupérer l’autorité sur le stationnement. Deux changements majeurs : c’est elle qui va fixer les tarifs (qui seront augmentés pour un stationnement de plus de deux heures), et s’occupe du recouvrement des impayés, via une société privée. « La fraude au stationnement représente aujourd’hui 300 millions d’euros par an d’impayés, précise la ville. C’est l’équivalent du coût annuel de fonctionnement de toutes les crèches de Paris ».

Sept places historiques réaménagées.

«Donner plus de place à ceux qui ont envie de vivre dans une ville plus pacifiée, avec moins de voitures et moins de stress». C’est par ces mots qu’Anne Hidalgo a lancé ce dossier en juin 2015 pour restreindre la voitures sur sept grandes places parisiennes : Bastille, Fêtes, Gambetta, Italie, Madeleine, Nation et Panthéon.

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Soutenez VOS idées

« Bien informés, les hommes sont des citoyens. Mal informés, ils deviennent des sujets. » Alfred Sauvy

VITE !
Le temps presse...

Réalités Routières est le seul média spécialisé engagé qui présente les réalités de la route sous leur vrai jour : interdictions, taxes, contre-vérités pseudo scientifiques… En 8 ans d’existence, nous avons plusieurs millions de visiteurs uniques et une très  large communauté.

Notre petite équipe bénévole a besoin de vous : nous avons des frais matériels, juridiques, d’hébergement.

Êtes-vous prêt à soutenir vos idées ?