Edifiant! Chantal Perrichon et Claude Got interpellent les candidats à la présidentielle

Par le biais du site internet du professeur Claude Got pompeusement baptisé « Sécurité Sanitaire.org » (rassurez-vous « Sécurité Routière.org » du même auteur existe aussi pour entretenir la confusion avec le site officiel), celui-ci et Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière, remettent la pression sur les candidats à la présidentielle par l’intermédiaire d’une tribune publiée dans Le Monde (26 & 28 Février), traditionnel réseau d’influence de notre expert multicarte.

Depuis 1988, et à chaque scrutin, un groupe d’acteurs de santé publique – ils étaient cinq au départ, ils sont sept aujourd’hui – interroge les candidats à l’élection présidentielle sur ces sujets.

L’absence d’avancées en matière de prévention sous le quinquennat de François Hollande ainsi que les agissements de puissants groupes de pression ont été dénoncés dans une tribune intitulée « La santé malade des lobbys », publiée dans Le Monde daté du 28 février, par ces sept personnalités engagées : Gérard Dubois, professeur de santé publique ; Irène Frachon, pneumologue ; Claude Got, professeur honoraire de médecine ; Serge Hercberg, professeur de nutrition ; Catherine Hill, épidémiologiste ; Albert Hirsch, professeur honoraire de médecine ; et Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière.
Le Monde Science et Techno 11 04 2017

Evidemment nos sommités incontestables s’arrogent le droit sur le site de Claude Got de  « rendre évident le niveau de sincérité des candidats en sanctionnant les réponses incomplètes ou ambiguës. »

Notez la présence incongrue de Chantal Perrichon, qui n’a aucune formation scientifique, parmi les six médecins: Une sorte de pièce rapportée, caution d’un buzz médiatique assuré.

 

Professeur Claude Got expert en tout de la ligue contre la violence routière

 

claude got hygiéniste expert autoproclamé

 

 

Résultats

Pour tenter d’agir sur des facteurs de risque à l’origine de «100.000 vies» prématurément fauchées chaque année, les intentions des sept candidats à la présidentielle en matière de santé publique et de sécurité (uniquement) routière ont donc été passées au crible en 20 questions. Outre les mesures de prévention santé traditionnelles  (cigarette, alcool, obésité, médicaments) l’augmentation du nombre de radars mobiles et la baisse des limitations faisaient aussi étrangement partie des mesures proposées, mais absolument rien concernant les accidents domestiques, du travail, thérapeutiques ou les suicides.

Sur l’ensemble des sujets abordés, Jean-Luc Mélenchon a décroché un 20/20, ayant répondu «oui» à l’ensemble des mesures préconisées, y compris celles pouvant fâcher des électeurs, relèvent les experts.

Benoît Hamon obtient un 15, Marine Le Pen 8, Emmanuel Macron 7 et François Fillon 2. Nathalie Arthaud a 13 et Jacques Cheminade 12. Les autres n’ont pas répondu. Nicolas Dupont-Aignan n’avait pas été contacté. Le détail du questionnement-réponses est en ligne sur le site de Claude Got.

 

Répression Routière

Quant à la question de la sécurité routière, sujet qui nous intéresse ici, (3.500 décès chaque année), le sujet est devenu sensible puisque, pour la première fois depuis 1972, la France avec sa politique de Sécurité Routière basée sur la « Tolérance Zéro » reste avec trois années consécutives de hausse des morts (2014-2016).

Voici les questions portant sur « l’ Insécurité Routière », dixit le professeur qui joue sur les peurs, extraites du site Sécurité Sanitaire.org .

13/ Abaisserez-vous de 90 km/h à 80 km/h la vitesse maximale autorisée sur les voies sans séparation des sens de circulation ?

14/ Assurerez-vous le respect des limitations de vitesse en augmentant le nombre et l’usage des radars mobiles, en interdisant le signalement de tous les contrôles de vitesse par une loi ?

15/ Assurerez-vous la qualité du dispositif de retrait de points ?

16/ Créerez-vous une expertise technique des infrastructures routières comportant une programmation de la réduction des risques liés aux obstacles verticaux ?

 

«La mesure la plus importante pour réduire la mortalité sur les routes est d’abaisser la vitesse maximale à 80 km/h sur les routes sans séparation entre les deux sens», estime le Professeur Claude Got. Mesure qui séduit Jean-Luc Mélenchon, également favorable au bridage des véhicules à 130 km/h et à la multiplication des radars mobiles, mais non retenue par Fillon et Le Pen. Hamon l’accepterait, mais est paradoxalement contre l’augmentation du nombre des radars embarqués et l’interdiction des systèmes signalant aux automobilistes les contrôles de vitesse. Macron est favorable à la continuité du déploiement et à l’augmentation du nombre des radars.

 

chantal perrichon claude got experts en accidentologie

 

Via Le Monde, Le Parisien, France Info, Nord Littoral

Chantal Perrichon: « Les candidats à la présidentielle manquent de courage en matière de sécurité routière » RMC/BFM TV

Santé publique et Sécurité Routière: Jean-Luc Mélenchon a 20/20

2 Comments

  • Répondre
    pierre
    13 avril 2017

    J’aurai bientôt 80 ans, peut-être!
    Ma femme est morte dans un accident de la route. Mais ces accidents infiniment regrettables ( 3500 par an) justifient-ils que les Français se déplacent la peur au ventre de perdre 1+1+…points pour rouler à 56 dans une file de voitures alors que le tabac tue 73000, l’alcool 49OOO, les accidents domestiques 20000, les accidents « de la vie courante » 21000 sans que cela émeuve le moins du monde ni les artisans de la répression routière maladive ni les présidentiables. Le président Pompidou avait dit: » mais fichez donc la paix aux français »!