Max, tagueur de radars : « Je l’ai fait pour l’ensemble des automobilistes »

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram
 Il a 53 ans et revendique avoir « tagué dix radars à la peinture orange entre octobre et décembre 2017 » dans la région de Dole, dans le Jura. Récemment interpellé, Max s’est expliqué, de sa propre initiative, auprès de nos confrères de l’Est républicain et l’assure : « J’ai tout fait pour me faire prendre« . Il raconte alors avoir commis ses méfaits de jour, sans se cacher, et s’être vanté de ses actes devant des personnes qui ne l’apprécient pas spécialement. Sans oublier qu’il a signé un tag de ses initiales et a volontairement gardé les bombes de peinture à son domicile. Des preuves retrouvées par les autorités lors de son interpellation.

Dans cet interview, l’homme justifie d’abord ses actes : « J’en avais marre de me faire flasher pour de petits excès de vitesse de quelques kilomètres par heure, de perdre 90 € à chaque fois et de perdre des points (il en a perdu trois, Ndlr). Je l’ai fait aussi pour l’ensemble des automobilistes qui paient un million d’euros par an à l’État et ont besoin de leur voiture pour aller au boulot. » (ce n’est pas un million, mais plus d’un milliard pour les radars et plus de 34 milliards en taxes, ndlr)

Des automobilistes avec lesquels Max n’est tout de même pas tendre lorsqu’on lui demande s’il ne craint pas que tout le monde décide de faire comme lui. « Personne ne va faire comme moi parce qu’on a affaire à une troupe de moutons bêtes et disciplinés. On fonctionne sur le système de la peur pour qu’ils ne réagissent pas. »

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram

Soutenez VOS idées

« Bien informés, les hommes sont des citoyens. Mal informés, ils deviennent des sujets. » Alfred Sauvy

VITE !
Le temps presse...

Réalités Routières est le seul média spécialisé engagé qui présente les réalités de la route sous leur vrai jour : interdictions, taxes, contre-vérités pseudo scientifiques… En 8 ans d’existence, nous avons plusieurs millions de visiteurs uniques et une très  large communauté.

Notre petite équipe bénévole a besoin de vous : nous avons des frais matériels, juridiques, d’hébergement.

Êtes-vous prêt à soutenir vos idées ?