Le Ministre de l’Intérieur cède aux associations autophobes et s’apprête à tester les 80km/h sur les routes nationales

NDLR : alors que le progrès technique fait des routes de plus en plus sûres avec des véhicules de plus en plus sûrs, alors que de nombreux états augmentent leur limitations de vitesse, la France est à contre courant !

Le ministre de l’Intérieur devrait annoncer une série de mesures en janvier. L‘une d’elles portera sur l’expérimentation de la limitation de vitesse à 80 km/h sur des routes départementales bidirectionnelles limitées à 90km/h. D’après nos informations, ce test aura lieu sur trois axes qui ont été définis. (bien que cette mesure soit très impopulaire, un déni de démocratie ? ndlr)

Cette annonce de mesures en janvier intervient alors que se tient ce lundi une réunion du conseil national de la sécurité routière (CNSR), lors de laquelle certains membres allaient faire entendre leur mécontentement face à l’inaction du gouvernement. «Après 140 réunions au sein du CNSR, aucune mesure importante n’a été prise», s’indignait cette semaine Chantal Perrichon, de la Ligue contre la violence routière. (personne ne s’interroge sur l’utilité et la pertinence de ce conseil, ndlr)

D’ailleurs, un vote allait de nouveau avoir lieu ce lundi à la demande de certains membres du CNSR pour relancer le gouvernement et l’inciter à enfin prendre des mesures importantes. Parmi elles, justement, la baisse de la vitesse maximale autorisée à 80 km/h sur l’ensemble des routes départementales.

Comme il l’avait déjà annoncé, Bernard Cazeneuve s’en tient donc à une expérimentation. Mais en faisant ébruiter son intention de faire des annonces en janvier, il coupe l’herbe sous le pied de ceux qui, lundi, comptaient manifester leur désapprobation et tirer la sonnette d’alarme auprès d’un gouvernement parfaitement inactif selon eux. (comprendre : Bernard Cazeneuve cède aux pressions des associations autophobes, ndlr)

Questions ouvertes pour les lecteurs de RéalitésRoutières : ces diminutions auront-elles lieu en priorité sur les axes dangereux ou sur les lignes droites équipées d’un radar automatique ? Quelle méthode d’évaluation pour cette mesure ? La perte économique sera-t-elle prise en compte ? Réponse début janvier !

Le Figaro

Comments are closed.